10 chiffres qui montrent l’ampleur prise par les ventes en ligne



Les ventes en ligne sont devenues une composante incontournable du paysage commercial, rappelle le bilan annuel du secteur publié mercredi 10 juillet par la Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Chiffre d’affaires, nombre de clients, part de marché… les indicateurs sont résolument au vert pour les cybercommerçants.

► 159,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires

Les ventes en ligne se portent bien en France. Le secteur affiche une progression de 10,5 % entre 2022 et 2023. Une augmentation qui lui permet de franchir pour la première fois la barre symbolique des 150 milliards d’euros de chiffres d’affaires, tutoyant même celle de 160 milliards.

Porté par les confinements de la période du Covid, le secteur a ainsi doublé de volume en seulement six ans, par rapport aux 80 milliards d’euros chiffres d’affaires de 2017.

► Plus de 60 % pour les services

L’essor de l’e-commerce repose principalement sur la vente de services (voyages, spectacles…) plus que sur les produits (livres, vêtement…). Les services progressent de près de 20 % en 2022, atteignant désormais près de 100 milliards d’euros de chiffres d’affaires (97 milliards, précisément)

À l’inverse, l’achat de produits marque le pas, après avoir bondi lors des confinements ayant entraîné la fermeture de nombreux magasin. En 2023, et pour la seconde année d’affilée, la vente de produit recule légèrement (de 0,7 %) pour aboutir à un chiffre d’affaires d’un peu moins de 63 milliards d’euros.

► 10 % du commerce de détail

La vente en ligne s’est installée depuis plusieurs années déjà comme un acteur incontournable du marché. L’e-commerce pèse ainsi 10 % du total du commerce de détail. Et son poids est bien supérieur dans certains secteurs.

Les ventes sur Internet représentent ainsi 30 % du montant total des ventes de produits électroniques, près du quart des ventes d’électroménager et d’équipement de la maison. Elles constituent aussi une part majeure dans le mobilier (23 %) ou l’habillement (21 %) où les boutiques physiques souffrent particulièrement.

► 39,4 millions d’acheteurs

L’e-commerce s’est désormais généralisé à toutes les catégories de la population française. Le nombre d’acheteurs en ligne a encore grimpé de 500 000 en 2023, pour atteindre 39,4 millions de consommateurs. Cela représente 70 % de la population de plus de 15 ans.

La part des cyberacheteurs est aussi grande chez les femmes que chez les hommes. L’e-commerce est toutefois plus en vogue chez les plus jeunes que chez les plus âgés. Ainsi, plus de 85 % des 15-44 ans ont acheté au moins une fois en ligne en 2023. Le taux fléchit ensuite un peu chez les 45-59 ans (77 %) . Il recule plus fortement pour les plus de 60 ans et surtout au-delà de 75 ans (avec 20 %)

► 60 commandes par an

En moyenne note la Fevad, les acheteurs en ligne ont passé 60 commandes dans l’année, soit 5 par mois.

Parmi les produits les plus fréquemment achetés figurent l’habillement (pour 53 % des cyberacheteurs) et les chaussures mais aussi les produits de beauté ou les jouets. Du côté des services, plus d’un tiers a acheté au moins une fois des billets de transports et des prestations de séjour (location de vacance, hôtel). Les services de livraison de repas à domicile sont prisés par un cinquième des cyberacheteurs.

► 68 € de panier moyen

Non seulement les Français achètent souvent en ligne, mais le montant de leurs achats augmente. Le panier moyen progresse de plus de 5 % en 2023, pour atteindre 68 € en moyenne.

Ainsi, les dépenses en ligne atteignent désormais en moyenne 4 055 € par an et par acheteur, soit 338 € par mois.

► 152 000 sites marchands, 10 % de plus qu’en 2022

Les vendeurs sont de plus en plus nombreux à convoiter le chaland en ligne. Selon la Fevad, « 152 000 sites marchands actifs sont répertoriés » en France. Un chiffre en hausse de 10 % par rapport à l’année précédente.

Beaucoup de ces sites sont toutefois de petits acteurs. Ainsi, plus des deux tiers enregistrent un chiffre d’affaires de moins de 100 000 € par an. À l’inverse, une poignée de géants tiennent une grande part du marché : 1,2 % des sites génèrent des ventes dépassant 10 millions d’euros par an et captent 78 % du chiffre d’affaires total.

► Plus de 21 millions de clients pour Amazon

Parmi les géants (hors secteur du voyage), Amazon se taille encore et toujours la part du lion avec plus de 21 millions de clients. Plus d’un cyberacheteur sur deux a commandé au moins une fois sur le site dans l’année.

La suite du classement a ensuite un peu changé en 2023. Leclerc progresse et gagne la deuxième place, détrônant C discount. La Fnac recule à la quatrième place tandis que Carrefour progresse et parvient à se hisser à la cinquième place.

► 8 clients sur dix préfèrent la livraison à domicile

Sans surprise, les cyberacheteurs payent massivement avec leur carte bancaire (pour 84 % d’entre eux). En revanche, leurs préférences pour la livraison sont moins marquées.

Ainsi 77 % des acheteurs se sont fait livrer au moins une fois à domicile. Mais plus de 7 sur 10 utilisent aussi le retrait en point relais. La livraison en magasin d’une commande passée en ligne reste minoritaire (18 %) et la livraison chez un voisin peu prisé (6 % seulement)

► Deux tiers de vendeurs français présents à l’étranger

Internet permettant souvent d’abolir les frontières, près des deux tiers des e-commerçants français (65 %) sont aussi présents à l’étranger. Ces ventes transfrontalières ont progressé en 2023 et représentent désormais 16,5 % de leur chiffre d’affaires, détaille la Fevad.

Les cybervendeurs français à l’étranger sont surtout présents en Europe. Ils sont ainsi nombreux en Belgique (87 % d’entre eux) , en Espagne (70 %) puis en Italie en, Allemagne et au Royaume-Uni.



Lien des sources