42 personnes évacuées de la bande de Gaza “à la demande de la France” lundi


Lundi, la France a annoncé l’évacuation de 42 personnes de la bande de Gaza, alors qu’une offensive israélienne à Rafah semble de plus en plus probable.
Au total, plus de 200 citoyens ont été évacués “à la demande la France” depuis les attaques du Hamas en Israël le 7 octobre 2023.

La France a annoncé lundi soir avoir pu faire évacuer de la bande de Gaza 42 personnes, des ressortissants français, résidents français ou collaborateurs de l’Institut français, avec les membres de leurs familles. “À la demande de la France, 42 personnes ont pu quitter ce jour la bande de Gaza, par le point de passage de Rafah” vers l’Égypte, explique un communiqué du ministère français des Affaires étrangères, ce qui porte à plus de 200 le nombre de personnes évacuées de Gaza “sur demande de la France”.

Le ministère souligne que cette nouvelle évacuation est “le résultat des démarches des autorités françaises, menées au plus haut niveau”.

Lors de sa visite en Israël, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Stéphane Séjourné a été l’occasion de “marquer l’importance que nous attachions à ce que les personnes prises en compte dans notre dispositif d’évacuation soient autorisées à trouver refuge en France”, ajoute le communiqué.

Les personnes évacuées ont été prises en charge côté égyptien par l’ambassade de France et le Consulat général de France au Caire, en coordination avec les équipes du Centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. “Nous restons pleinement mobilisés pour permettre la sortie des autres personnes dont la France suit la situation à Gaza, afin de permettre leur évacuation vers notre pays”, conclue le communiqué.

Cette annonce intervient quelques jours après la mort d’un professeur de français qui collaborait depuis 20 ans avec l’Institut français de Gaza, décédé de maladie faute de traitement du fait des “conditions sanitaires catastrophiques” sur place, avaient indiqué vendredi à l’AFP des sources diplomatiques.


Antoine LLORCA avec l’AFP



Lien des sources