après huit ans de travaux, le prolongement de la ligne 11 inauguré ce jeudi


Cette extension, longue de 5,8 kilomètres, dessert six nouvelles stations et traverse cinq communes.

Les transports franciliens s’apprêtent à connaître une nouvelle évolution qui pourrait bien améliorer la vie de nombreux habitants de l’est de la capitale. Ce jeudi 13 juin, en fin de matinée, les autorités vont inaugurer le prolongement de la ligne 11 du métro parisien. Un projet majeur, pour la RATP, puisque le terminus actuel, Mairie des Lilas, sera remplacé par Rosny-Bois-Perrier, plus loin.

Concrètement, six nouvelles stations ont été créées, dont cinq souterraines et une aérienne. Le prolongement mesure 5,8 kilomètres, pour cette ligne qui reliait autrefois Châtelet aux Lilas. Il s’agit du «second projet le plus important de la RATP après le prolongement de la ligne 14 », déclarait en avril dernier la RATP.

Le prolongement de la ligne 11 vers Rosny-sous-Bois (93).
RATP

Au total, pas moins de 80.000 personnes bénéficieront de ce prolongement, qui permettra de faire Châtelet-Rosny-Bois-Perrier en 24 minutes. «Au-delà du prolongement, c’est une modernisation complète qui est réalisée sur la ligne», se targue la RATP, alors que «l’ensemble des quais des 13 stations existantes a été réaménagé afin de garantir un confort optimisé avec les nouveaux trains» et que «l’ensemble des trains MP59 de la ligne sont remplacés par des trains MP14 neufs».

Soit 39 MP14 neufs mis en circulation, chaque rame étant dotée de 5 voitures d’un seul tenant, au lieu de 4 séparées précédemment. Des nouvelles rames qui doivent «considérablement améliorer le confort des voyageurs», car jugées «beaucoup moins sonores (-40 %), plus économes en énergie (20% de consommation), plus grandes et équipées d’écrans et de plans de lignes offrant une meilleure information».

De 110.000 à 190.000 voyageurs

Pour parvenir à boucler le projet pour «début juin», la ligne a été partiellement fermée entre les stations de Belleville et Mairie des Lilas, entre le 12 et le 27 avril. À l’issue de ces travaux, une fermeture de la ligne entière a également été effectuée le dimanche 28 avril pour des tests finaux «à vide». En outre, «la marche à blanc visant à former l’ensemble des conducteurs au nouveau système de pilotage et à la conduite sur la nouvelle ligne prolongée» a commencé dès le 29 avril, en condition normale d’exploitation mais sans voyageurs.

Ce prolongement doit faire passer la fréquentation de 110.000 à près de 190.000 voyageurs. Les travaux, entamés en 2016, auront coûté 1,3 milliard d’euros, selon la RATP. Huit ans, donc, qui s’apprêtent à prendre fin ce jeudi.


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>



Lien des sources