après la lettre aux Français d’Emmanuel Macron, la gauche monte au créneau



Les tractations se poursuivent, jeudi 11 juillet, pour tenter de former un gouvernement, alors qu’Emmanuel Macron entend placer les responsables politiques au pied du mur en exhortant à une large coalition des forces républicaines. Scandale dans les rangs de la gauche qui demande le départ de Gabriel Attal et veut aller seule à Matignon. Dans “L’Evénement” sur France 2, Olivier Faure, le patron du PS, a accusé le chef de l’Etat de ne pas “respecter le vote des Français” après l’arrivée en tête des législatives du Nouveau Front populaire. Son déni abîme le pays et la démocratie”, a pour sa part fustigé la secrétaire nationale des Ecologistes-EELV, Marine Tondelier, sur X. Suivez notre direct. 

“Personne ne l’a emporté” aux élections, selon le chef de l’Etat. Dans sa lettre aux Français publiée mercredi dans la presse régionale et France Bleu, le chef de l’Etat demande aux “forces républicaines” de “bâtir une majorité solide”. Il estime qu’à l’issue des élections législatives anticipées, “marquées par une demande claire de changement et de partage du pouvoir”“seules les forces républicaines représentent une majorité absolue”. “Personne ne l’a emporté” dimanche, selon lui, et il faut donc “inventer une nouvelle culture politique”. 

 Les députés Renaissance tiraillés entre la gauche et la droite. Passés d’environ 250 sièges à quelque 160 élus après les législatives, les députés du camp présidentiel sont divisés sur la stratégie à adopter. Des ministres comme Gérald Darmanin et Aurore Bergé militent pour un rapprochement uniquement avec Les Républicains, au grand dam de l’aile gauche. D’autres, comme la députée Yaël Braun-Pivet, tendent la main au Nouveau Front populaire, s’étant dite ouverte sur France Inter à gouverner avec “les socio-démocrates, avec les socialistes et les écologistes”.

 Les discussions du Nouveau Front populaire se poursuivent. Les socialistes, les écologistes, les insoumis et les communistes se sont à nouveau réunis mercredi en fin de journée pour trouver un candidat au poste de Premier ministre, a appris franceinfo. Le Premier secrétaire du PS, Olivier Faure, s’est dit mardi “prêt à assumer” la “fonction”. Le choix de la coalition de gauche sera connu “dans les prochains jours, dans les prochaines heures”, a-t-il réaffirmé mercredi soir sur France 2.





Lien des sources