Après Paris, Lyon va expérimenter la baignade dans le Rhône le 30 juin


La mairie de Lyon veut expérimenter la baignade dans le Rhône le 30 juin prochain.
La première journée de test dépendra toutefois des conditions sanitaires et météorologiques.
Cette expérimentation s’inscrit dans le cadre du plan “objectif fraîcheur” pour mieux vivre les fortes chaleurs dans la ville.

Nager le crawl dans le Rhône cet été pour se rafraîchir en cas de fortes chaleurs ? “Chiche”, répond le maire (EELV) de Lyon, Grégory Doucet sur X. En effet, l’édile a annoncé ce vendredi une première expérimentation de baignade dans le fleuve prévue le 30 juin prochain, à l’occasion du festival Entre Rhône et Saône. Une journée de test organisée dans le cadre d’une série de mesures “fraîcheur” contre les canicules estivales.

Un projet qui se concrétise

Comme le soulignait Le Progrès l’an dernier, le projet de permettre aux Lyonnais de se baigner dans le Rhône était déjà dans les tuyaux en juin 2023, Grégory Doucet ayant assuré que la mairie travaillait sur le dossier, sans pour autant pouvoir avancer de date. C’est donc cette année que les habitants de la capitale des Gaules pourront enchaîner les brasses (pendant une journée seulement) dans leur cours d’eau, à l’image des Parisiens qui pourront quant à eux barboter dans la Seine dans trois sites de baignade à l’été 2025. À Lyon, la journée de test se tiendra sur les berges de la rive gauche du Rhône, à proximité de sa confluence avec la Saône.

La tenue des premières baignades sera toutefois “soumise à des conditions météorologiques et de sécurité bien précises”, a précisé la municipalité dans un communiqué, mais aussi à des conditions “sanitaires”, affirme Grégory Doucet. Selon une étude publiée à la fin des années 2000 par la “Zone Atelier Bassin du Rhône”, réunissant des établissements de recherche sous la supervision du CNRS, la qualité sanitaire des eaux du Rhône au niveau de Lyon était qualifié de “médiocre”

À l’heure actuelle, les baignades dans le Rhône et la Saône sont interdites par arrêté préfectoral dans l’agglomération lyonnaise, du fait de la dangerosité du fleuve et de son affluent, en raison des courants et du trafic fluvial. 

Objectif “fraîcheur”

Cette expérimentation s’inscrit dans le cadre d’un plan “objectif fraîcheur” conçu pour aider à “mieux vivre les fortes chaleurs” dans une ville marquée l’été dernier par plusieurs semaines de vigilance rouge et orange pour canicule, selon la mairie de Lyon. “Ce test ouvrirait de nouvelles perspectives d’adaptation face aux canicules”, a écrit le maire écologiste de Lyon sur X.

Sur son site, la mairie a par ailleurs listé plusieurs mesures qui permettront de faire face aux épisodes de fortes chaleurs estivales et d’accompagner le “dérèglement climatique grandissant” : ouverture nocturne des parcs de Gerland et Blandan, accès gratuit à trois musées municipaux climatisés en période de vigilance rouge ou au 10e jour de vigilance orange, billets de cinéma gratuits pour les plus modestes, extension des horaires des piscines municipales… La mairie prévoit aussi, en période de vigilance rouge, une expérience “nuit à la belle étoile” dans l’un de ses parcs publics, avec la mise en place d’une zone délimitée et surveillée ouverte aux sacs du couchage.


N.K avec AFP





Lien des sources