«Arrêter de faire chier les Français»



data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Au cinéma Pathé Wepler pour l’avant-première de sa dernière tournée projetée sur grand écran, lundi 10 juin, le chanteur de 77 ans a évoqué à sa manière les prochaines élections.

« Arrêter de faire chier les Français, ça serait bien»… c’est la dernière saillie de Michel Sardou. Au cinéma Pathé Wepler pour l’avant-première de sa dernière tournée filmée et projetée sur grand écran, le chanteur s’est exprimé, lundi 10 juin, sur l’actualité politique, nous apprend Public .

L’échange a été provoqué par la demande d’un spectateur au chanteur de se présenter aux prochaines élections, relate le magazine. « On déteste tous les présidents, les Premiers ministres sont bien plus marrants», répond alors Michel Sardou avant de lancer la boutade: «Arrêter de faire chier les Français, ça serait bien»

Trois mois après sa tournée triomphale ayant réuni 400.000 spectateurs au total, marquant la fin de sa carrière, le chanteur de 77 ans ne se départit pas de sa liberté de ton et de ses frasques verbales. Et continue d’occuper l’espace médiatique, entre polémique et rumeurs affolant la Toile. L’un des derniers potins concernant son éventuelle participation au concours de chant de TF1 animé par Camille Combal, Mask singer, n’a pas dérogé à la règle. La rumeur est partie d’un entretien de nos confrères du Parisien , avec Alexandra Chabane, coach vocal dans les coulisses du concours. Au détour d’une simple phrase, «Michel Sardou, ce serait improbable. Mais “Mask Singer” nous a appris qu’il fallait toujours se préparer à l’improbable… », la coach qui a accompagné de nombreux artistes avant d’œuvrer pour TF1, parmi lesquels Michel Sardou, a d’emblée enflammé la Toile.

Aujourd’hui, l’artiste en quête de tranquillité, s’apprête à prendre sa retraite dans le Sud après avoir tout liquidé pour rejoindre son épouse, Anne-Marie Périer. «Merci, Hidalgo, je me casse ! J’ai tout vendu, Paris, la Normandie. Je pars dans le Midi. Ma femme y est déjà», a-t-il expliqué, en mars dernier, au Parisien.



data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>



Lien des sources