au QG de campagne du communiste Stéphane Peu, la campagne des législatives est déjà lancée


Les candidats ont jusqu’à dimanche prochain pour se déclarer, après l’annonce surprise de la dissolution de l’Assemblée. Les députés sortants se sont déjà lancés dans cette campagne express, à l’image de Stéphane Peu, élu PCF de Seine-Saint-Denis dont le QG s’est transformé en ruche depuis lundi.


Publié



Temps de lecture : 1 min

Le QG de campagne du député PCF Stéphane Peu transformé en ruche dès lundi 10 juin pour organiser la campagne des législatives anticipées du 30 juin. (CAMILLE LAURENT / RADIOFRANCE)

Autour de la table au QG du député PCF sortant de Seine-Saint-Denis, Stéphane Peu, une conseillère municipale et militante communiste est venue sur sa pause déjeuner. “Ce n’est pas du tout prévu. On va y aller sans compter notre temps, lance-t-elle. Et donc là, ça nous impose une organisation très rigoureuse”. Pris de court par l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale dimanche soir par Emmanuel Macron, ils n’ont que 19 jours pour faire campagne pour les législatives anticipées.

Parmi les priorités, rédiger le tract. Il sera disponible mardi 11 juin après-midi, explique Stéphane Peu. “Il faut le faire, il faut le maquetter, il faut l’imprimer. Et il sera distribué sur les marchés, devant les écoles et dans toutes les boîtes aux lettres”, développe-t-il. Pour l’affiche, faute de temps, le député sortant veut réutiliser les photos de sa dernière campagne. “Je considère que je n’ai pas tant vieilli que ça depuis deux ans, plaisante-t-il, donc je peux me permettre, sans trop trahir, de reprendre les photos de 2022″. 

Le député PCF sortant de Seine-Saint-Denis Stéphane Peu à son QG, lundi 10 juin 2024, pour préparer les législatives anticipées du 30 juin. (CAMILLE LAURENT / RADIO FRANCE)

Son téléphone n’arrête pas de vibrer. “C’est un peu l’effervescence, admet-il. François Ruffin vient de m’envoyer un SMS”. D’accord avec l’idée du Front populaire annoncé lundi soir par le PS, le PCF, EELV et LFI, Stéphane Peu est prêt à être à nouveau le seul candidat de la gauche. “Ce sont des discussions normales d’un premier jour de campagne électorale”, assure-t-il.

Sa collaboratrice à l’Assemblée est sur le point d’être licenciée. Mais derrière son écran, Edwige Le Net s’investit pourtant dans la campagne. “Le plus difficile, là tout de suite, c’est de se réorganiser très vite. J’ai hâte d’aller voir les gens et de discuter avec eux et de savoir pourquoi ils ne sont pas allés voter”, confie-t-elle. Elle sera dès mardi matin sur le marché de Saint-Denis. 





Lien des sources