aux racines de la violence, des visions divergentes de l’avenir



Des morts en Nouvelle-Calédonie sur fond de débat politique. Cette crainte des campagnes référendaires de novembre 2018, octobre 2020 et décembre 2021 est devenue cette fois une dramatique réalité dans la nuit du 14 au 15 mai 2024, au moment même où le Parlement examinait un projet de loi constitutionnelle élargissant le corps électoral en Nouvelle-Calédonie.

Face à l’intensité des émeutes, Emmanuel Macron a présidé mercredi 15 mai un conseil de défense et de sécurité puis devait déclarer l’état d’urgence. Le président de la République a plaidé en même temps pour une « réponse implacable » aux violences et pour la « reprise du dialogue politique ».

Les unionistes s’inquiètent d’une guerre civile

L’ouverture du corps électoral est l’étincelle qui a allumé la mèche, avec en arrière-plan des conceptions antagonistes de l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. « La décolonisation de la Nouvelle-Calédonie est allée à son terme, a martelé tout au long de l’examen parlementaire le député macroniste Nicolas Metzdorf, président du parti territorial Générations Nouvelle-Calédonie et rapporteur du projet de loi constitutionnelle. Avec les trois référendums, la question de la décolonisation a été traitée, mais pas celle de la démocratie puisque le corps électoral reste gelé. »

Pour voter aux élections au Congrès de Nouvelle-Calédonie et aux trois assemblées de province, il faut en effet résider ou être descendant d’un résident sur le territoire depuis plus de dix ans en 1998, année de la signature des accords de Nouméa. Concrètement, un cinquième des inscrits sur la liste électorale nationale se trouve exclu de la liste électorale territoriale. Le projet de loi constitutionnelle, qui doit maintenant être soumis aux députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles, prévoit donc de « dégeler » le corps électoral en l’ouvrant à tous les résidents depuis plus de dix ans au jour d’un scrutin.

Autrement dit, pour les anti-indépendantistes, la réponse ne relève pas du débat statutaire, à leurs yeux tranché, mais du maintien de l’ordre. S’alarmant d’un « état de guerre civile », Sonia Backès, ancienne secrétaire d’État macroniste et présidente de la province Sud, a été la première à demander solennellement à Emmanuel Macron de « déclarer l’état d’urgence et de mettre tous les moyens en œuvre pour ramener la paix et la sécurité en Nouvelle-Calédonie, notamment en engageant l’armée aux côtés des forces de police et de gendarmerie ». Elle a été entendue par l’exécutif.

Les indépendantistes dénoncent une guerre coloniale

« Ce n’est pas une guerre civile, c’est une guerre coloniale », corrige Mathias Chauchat, professeur agrégé de droit public à l’université de la Nouvelle-Calédonie et membre de l’Union calédonienne, composante majoritaire du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS). « Entre la colonisation française et l’indépendance sèche, la seule solution pour que chacun fasse un pas vers l’autre, c’est un État-associé, à l’exemple des îles anglo-saxonnes du Pacifique : d’abord la pleine souveraineté, ensuite la rétrocession institutionnalisée de certaines compétences à la France, du régalien à l’éducation nationale, avec une double nationalité. »

L’embrasement actuel était-il prévisible ? Le 9 mai dernier, un bon connaisseur du dossier a alerté l’Élysée dans une longue note expliquant que « la situation en Nouvelle-Calédonie peut devenir incontrôlable dans les prochains mois ». Ce que confirme Mathias Chauchat. « Le projet de dégel du corps électoral légitime la colonie de peuplement, rompt la parole de l’État et libère les Kanaks de la leur. C’est sur cette parole que reposaient l’équilibre des communautés et une paix plus que trentenaire, analyse l’universitaire engagé. L’État a sous-estimé le sentiment national kanak. La Calédonie entre dans un conflit colonial long. »

Retour des violences

Ce retour des violences mortelles ravive le souvenir des événements de 1988 à Ouvéa. Cette année-là, une prise d’otages s’était soldée par une vingtaine de morts, indépendantistes et gendarmes. Le premier ministre Michel Rocard était parvenu à clore ce cycle de violences en parvenant à la signature des accords de Matignon entre l’indépendantiste Jean-Marie Tjibaou et le député loyaliste Jacques Lafleur. La paix retrouvée, certes, mais aucune solution statutaire pérenne.

Comparaison est-elle raison ? « Hier, la brousse brûlait mais Nouméa la blanche était préservée ; aujourd’hui, les jeunes Kanaks sont aux portes de la ville du Sud tandis qu’il n’y a dans le Nord que quelques barrages symboliques tenus par de bons pères de famille avec leur drapeau », note Mathias Chauchat. À la politique s’ajoute « la frustration économique de la jeunesse kanake ». Sur un territoire de la République où, par exception, les statistiques ethniques sont autorisées, les inégalités territoriales et économiques séparent en effet les communautés. « C’est la fin de l’avènement d’un peuple calédonien, se désole-t-il. Le retour de la peur de l’autre dans la rue en fonction de la couleur de peau. »

Ouverture au dialogue

Une partie des indépendantistes n’était pourtant pas hostile à une ouverture du corps électoral. Pas jusqu’aux dix ans de résidence du projet de loi constitutionnelle, mais uniquement aux « natifs » de Nouvelle-Calédonie. En quelque sorte l’application d’un droit du sol. Mais, comme souvent, la pression des « durs » a annihilé les initiatives des « modérés ».

Toute raison d’espérer n’est toutefois pas perdue. Sous la plume de Patrick Jomessy, le FLNKS a ainsi appelé la jeunesse kanake « au calme et à l’apaisement ». Ce dirigeant d’une composante minoritaire, le Parti de libération kanak, se dit en outre prêt à saisir la main tendue par Emmanuel Macron d’ici à la convocation du Congrès du Parlement. « C’est une opportunité de donner une chance au dialogue et au consensus que le FLNKS souhaite saisir afin que les revendications de chacun, dont ceux qui manifestent, puissent être entendues et prises en compte », conclut-il.

Alors que le bilan passait à quatre morts – dont un gendarme –, Gabriel Attal a confirmé, devant l’Assemblée nationale, qu’il allait proposer une rencontre « à l’ensemble des acteurs calédoniens ». Pour un fin connaisseur du dossier calédonien, l’urgence est de « redonner confiance dans une forme d’impartialité de l’État qui n’est pas faiblesse mais écoute égale de tous, avec respect, sans privilégier, ou paraître privilégier, des interlocuteurs locaux par rapport à d’autres ». Une « forme d’impartialité » jusqu’à présent tacitement admise par les indépendantistes afin de maintenir un dialogue dont la disparition serait préjudiciable à tous.

—–

Les résultats aux référendums

Trois référendums sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie ont été organisés en 2018, 2020 et 2021. L’accord de Nouméa de 1998 prévoyait l’organisation d’un troisième scrutin en cas de deux victoires successives du « non ».

Le scrutin du 4 novembre 2018. Participation : 81,01 %. « Non » à l’indépendance : 56,67 %. « Oui » : 43,33 %.

Le scrutin du 4 octobre 2020. Participation : 85,69 %. « Non » à l’indépendance : 53,26 %. « Oui » : 46,74 %

Lors de ces deux scrutins, les résultats ont été très contrastés entre la province Nord qui vote massivement en faveur de l’indépendance et la province Sud qui votent massivement contre.

Le scrutin du 12 décembre 2021. Participation (43,87 %, en forte baisse du fait de l’épidémie de Covid). « Non » à l’indépendance : 96,50 %. « Oui » : 3,50 %



Lien des sources