«Ça s’appelle l’ensauvagement», estime Darmanin


Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. ALAIN JOCARD / AFP

Invité de l’émission «C à vous» sur France 5, le ministre de l’Intérieur a précisé que la gendarmerie avait déjà procédé à «plus de 70 auditions».

Gérald Darmanin a qualifié lundi d’«ignoble» et «inacceptable» le décès d’un jeune de 16 ans samedi soir pendant une rixe lors d’une fête locale dans le village de Crépol (Drôme), ajoutant : «Cela s’appelle l’ensauvagement». Invité de l’émission «C à vous» sur France 5, le ministre de l’Intérieur a précisé que la gendarmerie avait déjà procédé à «plus de 70 auditions».

Samedi soir à Crépol, alors qu’un «bal de l’hiver» rassemblant 350 personnes était organisé, «un groupe d’individus extérieur» à cette commune de 532 habitants avait cherché à entrer dans la salle des fêtes, selon le procureur de la République de Valence Laurent de Caigny. Il s’en était suivi une «rixe générale» après que l’entrée de la salle avait été interdite à ces personnes. Un adolescent de 16 ans est décédé des suites de coups de couteau et deux autres jeunes hommes grièvement blessés ont été hospitalisés.

«Remettre de l’autorité partout»

Au total, les secours ont dénombré 17 victimes âgées de 16 à 65 ans, en majorité des hommes. À ce stade, il n’y a pas eu d’interpellations. «Ce qui s’est passé est absolument ignoble et inacceptable», a réagi le ministre, en ajoutant: «Ce qui s’est passé n’est pas extrêmement clair ou alors trop clair: des gens qui viennent d’ailleurs et ont voulu forcer l’entrée de cette fête et des coups de couteaux sont partis. Ça s’appelle l’ensauvagement». «C’est une faillite générale de notre société», a-t-il dit, en estimant qu’il «y a à repenser le cadre de l’autorité». «Nous devons remettre de l’autorité partout», a insisté Gérald Darmanin.



Lien des sources