« C’est très enrichissant » : un quinze de France rajeuni en mode découverte à Marcoussis



Depuis que Fabien Galthié a repris l’équipe de France il y a quatre ans, les tournées d’été sont l’occasion des grands remaniements et de la découverte de nouveaux visages. La première semaine de travail à Marcoussis en vue des tests en Argentine (6 et 13 juillet) et en Uruguay (10 juillet) ne déroge pas à la règle. En plus d’être privés des finalistes du Top 14, le départ pour l’Argentine étant prévu le 26 juin, deux jours avant la finale (le 28 à Marseille), le sélectionneur laisse ses cadres au repos.

Sur les 32 joueurs appelés cette semaine, 19 n’ont ainsi aucune sélection. « C’est un challenge excitant, expliquait mercredi l’entraîneur de la conquête Laurent Sempéré. Les joueurs nous ont amené beaucoup d’énergie alors qu’on pouvait avoir une crainte sur leur niveau de fraîcheur. »

« C’est très enrichissant. On découvre de nouvelles personnes, des environnements de travail différents »

Baptiste Couilloud, demi de mêlée du quinze de France

Les Baptiste Serin (30 ans, 44 sélections), Melvyn Jaminet (24/19), Arthur Vincent (24/18), Louis Carbonel (25/5), Baptiste Couilloud (26/16), Jean-Baptiste Gros (25/27), Gaëtan Barlot (27/7) et autres Demba Bamba (26/26) font office de joueurs expérimentés.

« On est quelques-uns à la charnière à connaître le système de jeu mis en place depuis quatre ans, c’est facilitant pour nous et ça nous permet d’aiguiller les nouveaux arrivants, explique le demi de mêlée Baptiste Couilloud, qui avait déjà connu les tournées en Australie en 2021 et au Japon en 2022 avec des groupes remaniés. C’est très enrichissant. On découvre de nouvelles personnes, des environnements de travail différents, des façons de travailler modifiées aussi car on arrive sur la fin de saison, donc le staff essaie d’apporter un peu plus de ludique sur l’extra-rugby. On a tous des enjeux personnels élevés sur ces matches mais c’est bien aussi de le prendre avec un peu plus de légèreté. »

Quelques séances intenses avant une opposition contre la Roumanie

Parmi les nouveaux du groupe, le troisième-ligne de Castres Yann Peysson, fils de Stéphane, qui avait joué avec Fabien Galthié à Colomiers, a souri quand il a entendu le mot « léger » au sortir d’une séance d’entraînement très intense, jeudi. « J’ai été un peu surpris d’être appelé, a-t-il reconnu. Je découvre un nouveau système, différent du club, mais on est bien guidé par les joueurs expérimentés pour les placements, les consignes. On s’y adapte assez vite. »

Réuni depuis lundi à Marcoussis, le groupe s’est rapidement mis au travail, avec des séances à haute intensité mercredi et jeudi qui ont donc bien porté leur nom et ont permis de préparer l’opposition dirigée prévue samedi après-midi (15 heures) à Marcoussis face à la Roumanie. Il y a des places à gagner.

Un groupe qui sera modifié et étoffé dimanche

Comme l’ont fait savoir les membres du staff dans la semaine, les 32 appelés cette semaine ne seront pas tous du voyage en Amérique du Sud. Le pilier droit Tevita Tafafu, qui n’est pas encore sélectionnable, n’ira par exemple pas plus loin que cette semaine. Comme il l’avait fait avec Emmanuel Meafou à la fin du Tournoi des Six Nations 2023, l’encadrement des Bleus commence à intégrer un élément qui pourrait compter à l’avenir.

Pour les autres, sauf les joueurs nommés par Fabien Galthié dans nos colonnes le 6 juin comme des partants certains (Nouchi, Attisogbé, Gailleton, Frisch, Berdeu et Tuilagi), cette première semaine est donc une occasion de se montrer. « On a quelques balles dans la semaine pour convaincre, résumait mercredi le talonneur du Racing Janick Tarrit, qui fait partie des bizuths. Moi, je suis là pour me présenter et prendre tout ce que je peux prendre. On est beaucoup dans cet état d’esprit, donc je fais cette première semaine à bloc et s’il y a du plus, c’est top, sinon tant pis, j’aurais essayé d’acquérir un maximum de choses. »

Une liste définitive de 42 joueurs sera communiquée dimanche midi après les demi-finales du Top 14 (Toulouse – La Rochelle vendredi et Stade Français – Bordeaux samedi), dont les scénarios permettront à Fabien Galthié et son staff d’y voir plus clair sur leurs choix.



Lien des sources