Édouard Philippe s’investit dans la campagne des législatives, à la recherche d’une «nouvelle majorité»



data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

S’il ne se présente pas aux législatives, le maire du Havre entend s’investir pleinement dans la campagne pour étendre la majorité présidentielle.

Surpris, Édouard Philippe l’a été tout autant que le reste de ses troupes dimanche soir. La dissolution de l’Assemblée nationale actée par Emmanuel Macron, «personne ne [l’]avait prévue», confie l’ancien premier ministre, retenu dans sa mairie du Havre au moment de l’annonce. Mais, l’effet de stupeur passé, le président du parti Horizons entend désormais s’investir pleinement dans une campagne pour les législatives, qui s’annonce ardue après la percée du Rassemblement national (RN) aux européennes (31,4%). «Le président peut compter sur moi et surtout le pays peut compter sur moi», a prévenu le pilier de la majorité ce mardi matin sur RTL, après un dîner organisé la veille autour d’Emmanuel Macron à l’Élysée, en compagnie de ses homologues Stéphane Séjourné (Renaissance) et François Bayrou (MoDem).

«Construire une nouvelle majorité»

Priorité est donc donnée à la construction d’une «nouvelle majorité». «Si on veut construire une nouvelle majorité, il faut partir du principe simple qu’aucun parti à lui seul n’est en mesure de mettre en œuvre quelque chose à la hauteur des enjeux des Français. Et donc il faut être ouvert, accepter que sur un certain nombre de points on puisse travailler avec d’autres», a martelé l’ex-premier ministre d’Emmanuel Macron qui n’exclut pas de rassembler du Parti socialiste (PS) aux Républicains (LR). Le tronc commun de cette nouvelle majorité a également été fixé : «refuser l’immobilisme, remettre de l’ordre dans notre maison, remettre de l’ordre dans nos comptes, remettre de l’ordre dans nos rues, […] se battre pour nos valeurs républicaines», avec en ligne de mire la défense d’une classe moyenne «écrasée» et «appauvrie».

Si le patron d’Horizons s’empresse de réunir une nouvelle majorité, c’est que le RN est déjà donné largement en tête (34%) des législatives, à seulement 20 jours du premier tour, dans un sondage Toluna Harris Interactive pour Challenges, M6 et RTL. En cas de victoire du parti à la flamme, le premier ministre de cette cohabitation inédite ne serait personne d’autre que Jordan Bardella, a assuré Marine Le Pen lundi soir au 20 heures de TF1. Quant à savoir si le jeune président du RN serait à la hauteur des enjeux de Matignon, l’ancien premier ministre ne se prononce pas : «Je ne sais pas. Ce que je sais c’est que je ne suis pas d’accord avec ce que le Front national propose».



Lien des sources