En Chine, une région du sud placée en alerte rouge après des pluies diluviennes qui ont fait au moins quatre morts


La Chine a placé en alerte rouge, mardi 23 avril, une partie du sud du pays en raison de pluies diluviennes meurtrières dans le Guangdong, province la plus peuplée et cœur manufacturier du géant asiatique. Cette alerte, qui correspond au niveau le plus élevé, est en vigueur depuis 11 heures (5 heures, heure de Paris) à Shenzhen, ont fait savoir les services météorologiques de cette ville de 17,7 millions d’habitants, limitrophe de Hongkong.

Les autorités ont mis en garde contre un risque de crues « très élevé » durant un épisode de très fortes pluies qui devrait durer « deux ou trois heures », ont précisé les services météorologiques.

Depuis jeudi, des pluies torrentielles frappent la province du Guangdong. Les intempéries ont fait au moins quatre morts et entraîné des dizaines de milliers d’évacuations, selon un bilan revu à la hausse lundi. Les précipitations ont fait gonfler ces derniers jours les cours d’eau à un niveau tel qu’il fait craindre les « inondations du siècle », ont averti dimanche les autorités.

Plus de 100 000 personnes relogées

Ces derniers jours, plus de 100 000 personnes du Guangdong ont dû être relogées, selon l’agence de presse officielle Chine nouvelle. Une partie a été évacuée de Qingyuan, une ville située à une soixantaine de kilomètres de Canton et traversée par la rivière Bei, un affluent du delta de la rivière des Perles.

La ville de Qingyuan, dans la province de Guangdong, le 22 avril 2024.

Ailleurs, les intempéries des derniers jours ont provoqué des glissements de terrain en zones montagneuses. Six personnes ont été blessées et plusieurs autres prises au piège près de la ville de Jiangwan, dans le nord du Guangdong, selon la télévision d’Etat CCTV. Des images diffusées par la chaîne montrent des habitations au bord d’une rivière détruites par un torrent de boue, et des personnes prises en charge par les secours sur un terrain de sport détrempé.

En septembre déjà, Shenzhen avait été touchée par des pluies torrentielles, les plus importantes jamais enregistrées depuis le début des relevés météorologiques en 1952, selon les médias d’Etat.

Les fortes précipitations dans le sud de la Chine ne sont pas inhabituelles l’été, mais considérées comme précoces au printemps. Le pays fait face ces derniers mois à des conditions météorologiques extrêmes, exacerbées par le changement climatique, selon des scientifiques.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La mousson, un phénomène climatique en plein dérèglement

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Lien des sources