En Pro D2, une enquête ouverte contre des joueurs de Béziers après des dégradations



Nos confrères de Ouest-France ont révélé que l’après-match de la demi-finale de Pro D2 entre Vannes et Béziers (27-21) le vendredi 31 mai a été le théâtre de dégradations et de menaces de la part des joueurs biterrois. Une enquête a été ouverte après un dépôt de plainte. Si la première partie de soirée s’est bien déroulée à la Villa Kirov, un établissement de nuit de la cité bretonne, tout a dérapé au petit matin lorsque les joueurs de l’ASBH ont regagné leur hôtel.

Menaces de mort

Les faits se sont déroulés au Brit Hôtel fleur de Rhuys à Theix-Noyalo, à une dizaine de kilomètres de Vannes. Trouvant porte close, les joueurs de Béziers ont d’abord forcé la porte d’entrée pour entrer par effraction. Ils ont ensuite investi le bar de l’hôtel et continué à consommer de l’alcool. Puis la gérante de l’hôtel aurait été menacée de mort. Elle serait en interruption temporaire de travail de huit jours à la suite de ces événements. Une plainte a été déposée et une enquête ouverte par la gendarmerie.

Cinq à six joueurs seraient en cause

« On cherche toujours à savoir ce qu’il s’est exactement passé pour prendre des mesures disciplinaires en interne. Un joueur a été identifié et convoqué. Cinq à six joueurs seraient en cause. Ils n’avaient pas le digicode et auraient abîmé la porte pour rentrer. Il a aussi été question de dégradations, dont des verres brisés et du mobilier dégradé dans une chambre », a indiqué le club à Ouest-France.



Lien des sources