Grâce au 100 % santé, les recours aux prothèses auditives et dentaires en forte hausse



La réforme « 100 % santé » a amélioré l’accès aux prothèses auditives et dentaires, selon une étude de la Direction de la recherche, des études et de l’évaluation des statistiques (Drees) publiée mercredi 10 juillet. Pour faciliter l’accès aux soins, cette réforme, mise en place progressivement entre 2019 et 2021, propose le remboursement total des soins dentaires, des lunettes et des appareils auditifs. Pour en bénéficier, il faut avoir souscrit à une complémentaire santé responsable, qui représente près de 95 % des offres sur le marché, où à la complémentaire santé solidaire pour les personnes aux ressources modestes.

Autre prérequis : choisir parmi une sélection d’équipements dont le tarif est plafonné. Les Français qui le souhaitent gardent la possibilité d’opter pour d’autres équipements non couverts par l’offre 100 % santé. Dans ce cas, ils doivent prendre à leur charge le montant restant après remboursement des assurances.

Une forte hausse des achats de prothèses auditives

C’est la vente d’appareils auditifs qui enregistre la plus forte progression. Entre 2019 et 2021, le nombre de personnes ayant acheté des prothèses auditives a progressé de 75 %.

Le dispositif fait également ses preuves dans le secteur dentaire, avec 17 % de prothèses en plus. Près de six patients sur dix se sont tournés vers le dispositif. Pour les lunettes, seulement 18 % des personnes ont choisi une monture prise en compte par le 100 % santé. En cause : des garanties proposées par les complémentaires santé souvent plus avantageuses dans ce secteur.

De nombreuses fraudes au dispositif

La réforme a toutefois provoqué une hausse de la fraude. Fin 2023, l’Assurance-maladie s’est inquiétée de l’émergence de sociétés qui y ont vu un moyen de s’enrichir facilement. Le nombre de sociétés d’audioprothésistes, en particulier, a explosé.

Ces fraudes peuvent prendre la forme de facturations fictives (deux appareils facturés pour un seul fourni, par exemple), d’absence de suivi (l’achat d’aides auditives inclut des réglages obligatoires pendant plusieurs années), ou plus simplement de fraudes par le biais de prescriptions et délivrances systématiques à des patients jeunes. À la suite de signalements de patients et d’anomalies révélées lors de contrôles de routine, des sociétés ont dû mettre la clé sous la porte avant d’être assignées en justice. Une surveillance accrue persiste afin d’identifier de potentiels fraudeurs.



Lien des sources