Grotte terrifiante, créatures diaboliques… Cet étrange musée de l’enfer qui donne la chair de poule aux touristes



data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

VIDÉO – À Singapour, le parc Haw Par Villa se distingue des attractions touristiques traditionnelles de la ville, telles que les boutiques de luxe de Marina Bay Sands ou les «super-arbres» des Jardins de la Baie.

Une grotte terrifiante, des créatures diaboliques et une mare de sang : au musée de l’enfer, l’attraction principale du parc Haw Par Villa à Singapour, les visiteurs sont accueillis dans un enfer sur terre kitsch et climatisé. Ce parc étrange a été construit en 1937 par l’entrepreneur Aw Boon Haw, connu pour avoir co-développé la célèbre crème anti-douleur Tiger Balm en Asie.

À l’intérieur du vaste complexe Haw Par Villa, qui compte plus de 1000 statues et dioramas illustrant la culture, les croyances et la philosophie asiatiques, le musée de l’enfer expose diverses conceptions religieuses de la vie après la mort. Les visiteurs sont invités à découvrir «dix cours de l’enfer» à travers des représentations macabres de différents châtiments infligés aux péchés terrestres.

Afin d’accroître son attrait auprès des plus jeunes, le parc a organisé plusieurs rave parties et autres événements privés. «Après être venus ici (pour les fêtes), les visiteurs sont tombés amoureux de ce parc excentrique, de ces sculptures sympas, et ils continuent à venir», explique Savita Kashyap, directrice exécutive de Journeys.



Lien des sources