inviter les Soulèvements de la Terre au Salon de l’agriculture était “inopportun”



Le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, a estimé “inopportune” la proposition d’Emmanuel Macron au collectif Soulèvements de la Terre de participer au grand débat qu’il organise sur l’avenir du secteur, samedi, au Salon de l’agriculture. Le syndicat agricole majoritaire, la FNSEA, a de son côté déjà annoncé son refus d’y participer, malgré l’annulation de l’invitation du collectif. Suivez notre direct.

Publié le :

3 mn

  • 9 h 41 : le président du Salon de l’agriculture s’attend à des échanges “virils” avec Macron

Le président du Salon de l’agriculture, Jean-Luc Poulain, s’attend à des échanges “virils”, samedi, lors de la visite inaugurale d’Emmanuel Macron au déroulé incertain, le patron du syndicat majoritaire FNSEA refusant de participer au débat organisé par l’Élysée.

“Ça va être un salon d’explications, un salon qui pourrait être un peu viril – on peut être viril mais correct – parce que le monde agricole a besoin tout de suite de réponses précises sur ‘On fait quoi, quand ?'”, a-t-il déclaré à l’AFP.

  • 9 h 24 : l’invitation faite aux Soulèvements de la Terre était “inopportune”, juge Marc Fesneau

Le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, a jugé “inopportune” la proposition d’Emmanuel Macron au collectif Soulèvements de la Terre de participer au grand débat qu’il organise sur l’avenir de l’agriculture samedi. 

“Je considère que c’était une invitation qui était inopportune compte tenu du contexte”, a réagi le ministre sur TF1. Les Soulèvements de la Terre constituent “un collectif dont le modèle d’expression est plutôt le cocktail Molotov”, a-t-il jugé, “Donc on ne discute pas avec ces gens là”. 

À lire aussiEmmanuel Macron face aux agriculteurs : comment faire converger des intérêts contradictoires ?

  • 9 h 05 : l’exécutif “n’a rien compris” des “problématiques” des agriculteurs, accuse le président de la FNSEA

Le président de la FNSEA ,Arnaud Rousseau, a confirmé qu’il ne participerait pas au débat au Salon de l’agriculture organisé par Emmanuel Macron, jugeant que son invitation aux Soulèvements de la Terre montrait qu’il n’avait “rien compris aux problématiques” des agriculteurs. 

“Ça renvoie l’image aux agriculteurs que finalement rien n’a été compris de leurs problématiques”, a-t-il estimé lors d’une interview sur BFM TV/RMC. “Je ne serai pas l’acteur de quelque chose que je considère comme particulièrement cynique et qui ne permet pas le dialogue dans de bonnes conditions”.

  • 8 h 45 : une opération escargot sur le périphérique parisien

Opération escargot de la part des agriculteurs ce matin sur le périphérique parisien.

  • 3 h 50 : avant l’ouverture du Salon de l’agriculture, premier couac autour du débat voulu par Emmanuel Macron

Sous pression des agriculteurs, encore inassouvis par les promesses et actes du gouvernement, Emmanuel Macron s’apprête à visiter le Salon de l’agriculture dans un climat tendu, samedi, après avoir voulu inviter les Soulèvements de la Terre à un grand débat avec le monde agricole, suscitant la colère des syndicats.

“L’invitation par le PR (président de la République, NDLR) au #SIA d’un groupuscule dont la dissolution a été demandée par son propre gouvernement est une provocation inacceptable pour les agriculteurs. J’avais accepté de participer à un débat. Dans ces conditions, je refuse de prendre part à ce qui ne sera qu’une mascarade”, a déclaré le patron du premier syndicat agricole, Arnaud Rousseau, sur X jeudi soir. Il a rapidement été rejoint par son homologue des Jeunes Agriculteurs, Arnaud Gaillot.


Le rétropédalage a été enclenché par l’Élysée une heure plus tard avec l’annonce que le collectif, qualifié un temps d'”éco-terroriste” par Gérald Darmanin, n’était finalement plus invité “pour garantir la sérénité des débats”.

Mais le mal était fait et l’opposition a vertement critiqué le choix de l’exécutif. 

L’Élysée avait en fin d’après-midi fait part de son intention d’organiser un débat, format inédit pour la visite d’un chef de l’État au Salon de l’agriculture (qui doit se dérouler du 24 février au 3 mars), entre Emmanuel Macron et “l’ensemble des acteurs du monde agricole”.

Avec AFP





Lien des sources