Israël appelle les habitants à fuir, 60 % des combattants du Hamas blessés ou tués



► Israël affirme avoir tué ou blessé « 60 % » des combattants du Hamas

Le ministre israélien de la défense, Yoav Gallant, a affirmé mercredi 10 juillet que l’armée israélienne avait « éliminé ou blessé 60 % » des combattants du Hamas après neuf mois de guerre avec le mouvement islamiste palestinien dans la bande de Gaza, évoquant une « réussite » militaire.

L’armée opère actuellement dans plusieurs secteurs de la bande de Gaza et a notamment renforcé ces derniers jours une offensive dans la ville de Gaza. Elle avait pourtant annoncé début janvier avoir « achevé le démantèlement de la structure militaire » du Hamas dans le nord du territoire palestinien, où se trouve la ville, avant de lancer ses opérations terrestres dans le centre et le sud du territoire.

« Nous avons éliminé ou blessé 60 % des terroristes du Hamas », a déclaré Yoav Gallant, assurant que les forces israéliennes avaient « démantelé une grande majorité » des bataillons du Hamas et que « les soldats se battent depuis neuf mois (…) avec dévouement, sacrifice et succès ».

► Israël appelle les habitants de Gaza-ville à partir

L’armée israélienne a largué des tracts sur la ville de Gaza, appelant « toutes les personnes » en empruntant les « corridors de sécurité », dans cette localité du nord du territoire palestinien, où ses soldats sont engagés dans une opération majeure contre le mouvement islamiste Hamas.

« À toutes les personnes présentes dans la ville de Gaza, des corridors de sécurité vous permettent de vous rendre rapidement et sans inspection de la ville de Gaza vers des abris à Deir el-Balah et Al Zawiya », indique ce tract. « La ville de Gaza reste une zone de combats dangereuse », prévient le texte.

L’armée israélienne a débuté sa nouvelle offensive dans la ville de Gaza le 27 juin, en appelant les habitants du quartier est de Choujaïya à quitter les lieux puis a étendu en début de semaine ses appels à plusieurs quartiers du centre-ville (Al-Rimal), poussant des dizaines de milliers de personnes à fuir.

Mardi, le bureau des droits de l’homme de l’ONU s’est dit « consterné » par les nouveaux appels israéliens qui encouragent « à fuir vers des secteurs où les opérations militaires de l’armée sont en cours et où des civils continuent d’être tués et blessés ».

► Des sources médicales annoncent 6 morts après plusieurs frappes

Des sources médicales ont fait état de six morts dans le bande de Gaza, où l’armée israélienne a dit poursuivre ses « opérations antiterroristes », notamment dans le siège de l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) à Gaza-ville.

À l’hôpital des martyrs d’Al Aqsa à Deir el-Balah (centre), une source médicale a indiqué que « quatre martyrs et un blessé grave » étaient arrivés après une frappe sur une maison près de Nousseïrat. Plus au sud, deux morts et six blessées ont été transférés à l’hôpital Nasser de Khan Younès.

► Le Hamas annonce 29 morts dans une frappe contre une école

Une frappe contre une école abritant des déplacés dans le sud de Gaza, a fait 29 morts hier a indiqué le Hamas. Ce dernier accuse Israël, au moment où les troupes israéliennes sont engagées dans une offensive majeure dans le nord du territoire.

« Ce massacre est la continuation du crime de génocide que l’armée d’occupation a lancé contre notre peuple pour le 10e mois consécutif », a affirmé le bureau de presse du Hamas.

De son côté, l’armée israélienne a dit avoir visé près de l’école « un terroriste de la branche armée du Hamas » ayant notamment pris part à l’attaque du 7 octobre et « vérifier les informations selon lesquelles des civils ont été touchés » dans cette frappe, la quatrième à toucher une école en autant de jours dans la bande de Gaza.

« Il est inacceptable que des personnes soient tuées alors qu’elles cherchent refuge dans des écoles. Les attaques répétées de l’armée israélienne contre des écoles doivent cesser et une enquête doit être menée rapidement », a déclaré pour sa part le ministère allemand des affaires étrangères sur le réseau social X.

► Les États-Unis accusent l’Iran d’encourager des manifestations

La plus haute responsable du renseignement américain a accusé l’Iran, soutien du Hamas palestinien, d’encourager les manifestations aux États-Unis contre la guerre menée par Israël à Gaza, allant jusqu’à payer des manifestants.

Depuis l’attaque du 7 octobre dernier, de nombreuses manifestations pro palestiniennes se sont tenues à travers les États-Unis, notamment certaines, tendues, sur des campus universitaires.

« Depuis quelques semaines, des acteurs liés au gouvernement iranien ont agi afin de tirer profit des manifestations actuelles sur la guerre à Gaza », a déclaré la directrice du renseignement national américain, Avril Haines. « Nous avons observé des acteurs liés au gouvernement iranien se faisant passer pour des militants en ligne, cherchant à encourager les manifestations et apportant même un soutien financier aux manifestants », a-t-elle ajouté.



Lien des sources