« Je me demande si je vais rester »



Alors que le 15 mai, le bilan des émeutes grimpait à 4 morts, dont un gendarme tué par balles, à Nouméa, les habitants espèrent que le couvre-feu que doit décréter le gouvernement à la demande d’Emmanuel Macron leur permettra de ne pas vivre une nouvelle journée de violences.

« Cela fait trois jours que nous sommes cloîtrés chez nous, on vit au rythme des explosions, expliquait ainsi le 15 mai à la mi-journée Alain (1), professeur à Nouméa. La nuit dernière, un magasin de pneus et plusieurs entreprises ont brûlé, et comme les alizés s’arrêtent le soir, nous avons été envahis par la fumée et nous n’avons pas pu dormir. » « Je n’avais jamais vu Nouméa dans cet état, la ville est à feu et à sang, ajoute Anne, retraitée de 63 ans, qui vit en Nouvelle-Calédonie depuis 1986. Encore hier matin, sur une route à proximité de mon habitation où il y a beaucoup de barrages, il y a eu des affrontements avec les forces de l’ordre. On entend des tirs d’armes à feu, des gens hurler des insultes racistes anti-Blancs.»

Le père de Sonia Backès agressé

« On a peur, de plus en plus, renchérissait Isabelle, qui travaille à Magenta, quartier où beaucoup d’entreprises ont brûlé, et vit dans le sud de Nouméa. Là, ce que les gens craignent, c’est que les émeutiers viennent maintenant s’en prendre à nos maisons. » La veille, le père de l’ancienne ministre Sonia Backès, principale figure du camp non-indépendantiste, a été agressé et sa maison réduite en cendres. « Certains disent qu’ils pourraient arriver par la mer et moi j’habite près de la mer », s’inquiète Isabelle.

La plupart des habitants ont été surpris par la soudaineté des violences qui ont débuté le 13 mai. Avec les débats sur l’élargissement du corps électoral, « il y avait de l’esbroufe sur les réseaux sociaux mais nous n’avions pas vu les choses venir, reprend Alain. « Depuis les accords de Matignon », poursuit-il, « on pensait avoir fait le nécessaire pour que les gens s’entendent bien et vivent ensemble sans animosité. Des éléments extérieurs sont venus sans doute agiter les troupes. » Le journal local La Voix du Caillou fait ainsi état de déclarations du haut-commissaire de la République Louis Le Franc appelant Christian Tein, un responsable de la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT), émanation du FLNKS, à « siffler la fin de la récréation parce que moi je vais le rendre responsable de tout ce qui se passe ici dans le Grand Nouméa».

« Certains citoyens s’organisent en milice »

Les violences ont continué malgré le couvre-feu instauré mardi 14 mai. « Il y a beaucoup de bruits qui courent, des rumeurs, sur la prochaine phase de l’insurrection, qui serait de s’en prendre aux gens, à leurs maisons », explique Christine, retraitée, dont la famille vit en Nouvelle-Calédonie depuis cent cinquante ans. Dans ce climat, « comme les forces de l’ordre ne peuvent pas être partout, certains citoyens s’organisent en milice pour monter leurs propres barrages pour vérifier qui entre dans les quartiers. Ils font des patrouilles, ils sont armés. » Ce qui a amené Louis Le Franc à qualifier la situation d’« insurrectionnelle ».

Dans ce contexte, la vie a vie à Nouméa est complètement arrêtée, les entreprises et les écoles étant fermées. « J’ai l’habitude de faire de grosses courses. J’ai de quoi vivre pendant deux semaines. Mais beaucoup de gens sont à court de provisions et ne peuvent pas se ravitailler dans les supermarchés qui ont brûlé », raconte Anne, qui explique aussi que « le système de santé est mis à mal. J’héberge un ami infirmier qui doit travailler au Médipôle à 2 km de mon habitation. Ce matin il n’est pas parvenu à passer un barrage. Ça pose d’énormes problèmes pour les personnes âgées ou hémodialysées qui ne peuvent pas avoir accès aux soins. » Pour la retraitée, « la situation économique était déjà en grande détresse. Je ne sais pas comment la Nouvelle-Calédonie va se relever de ça. C’est la première fois que je me demande si je vais rester en Nouvelle-Calédonie. »

(1) À la demande des intéressés, certains prénoms ont été changés.



Lien des sources