“Je serai candidat sous la bannière du Front populaire”, affirme le député PCF André Chassaigne


En 2022, il avait facilement battu une candidate du RN dans le Puy-de-Dôme avec près de 70% des voix. Cette fois, il s’attend à une campagne “plus difficile à mener”.

Article rédigé par

franceinfo

avec France Bleu Pays d’Auvergne

Radio France


Publié



Temps de lecture : 1 min

André Chassaigne, président du groupe communiste à l'Assemblée nationale. (OLIVIER MATTHYS / EPA)

“Je serai candidat” sous “la bannière du front populaire” lors des élections législatives anticipées, a affirmé le député communiste André Chassaigne, mardi 11 juin sur France Bleu Pays d’Auvergne. L’élu de la 5e circonscription du Puy-de-Dôme, depuis 2002, estime que ce “front populaire” en construction pour faire barrage à l’extrême droite sera “beaucoup plus large qu’un simple rassemblement de gauche”.

“Le front populaire dépassera vraisemblablement les seules organisations de gauche, avec des syndicats et des associations qui vont aussi rejoindre ce mouvement“, avance le député affilié au Parti communiste français (PCF). “Hier (lundi 10 juin), j’ai été en discussion avec le président du groupe Liot à l’Assemblée nationale, un groupe qui rassemble des députés de sensibilités diverses, et il m’a dit qu’il rejoindrait ce rassemblement front populaire”.

“C’est beaucoup plus large qu’un simple rassemblement de la gauche. C’est une forme de sursaut qui est en train de se construire dans le pays.”

André Chassaigne, député communiste

à France Bleu Pays d’Auvergne

Selon André Chassaigne, les “divergences au niveau du Parlement” et “cette conception du travail parlementaire qui était très différente” entre les partis situés à gauche, sont désormais de l’histoire ancienne. “Aujourd’hui, je pense que chacun est déterminé à avoir une approche respectueuse des différentes sensibilités et surtout pour proposer une alternative à la politique néfaste, extrêmement négative qui a été conduite par la majorité, par le président de la République et son gouvernement. Et aussi, bien sûr, proposer une alternative au Rassemblement national (RN).”

Le député du Puy-de-Dôme, qui a battu une candidate du RN lors des dernières élections législatives en 2022 (avec 69,43 % des voix), s’attend à une campagne “plus difficile à mener”. André Chassaigne estime que sa candidature va permettre aux administrés de la 5e circonscription du Puy-de-Dôme d’avoir un “député de proximité qui travaille avec les collectivités, avec les entreprises et leurs salariés, avec les territoires ruraux et les agriculteurs…”. Voter le RN, ce serait “défendre une idéologie” et pour une élue ou un élu “qui n’aura aucun ancrage avec le terrain.”





Lien des sources