Jean Calvin, le réformateur



Né le 10 juillet 1509, il y a 515 ans, considéré comme l’un des fondateurs de la Réforme protestante, Jean Calvin est le fils d’un administrateur de biens au service des chanoines de Noyon. Il étudie le droit à Orléans, puis à Bourges. À la mort de son père, il se tourne vers la théologie et les lettres et apprend le grec et l’hébreu. En 1534, il rompt définitivement avec l’Église catholique.

Calvin se trouve à Paris quand éclate en 1534 l’affaire des placards. Des affiches (appelées placards) contre la messe, le pape et les prêtres, sont posées dans plusieurs villes, la capitale mais aussi Orléans, Amboise et Blois, jusque devant la porte de la chambre du roi. La répression est dure. Calvin quitte alors la France et se réfugie à Bâle où il commence à écrire son œuvre majeure L’Institution de la religion chrétienne, qui est éditée en 1536 en latin.

Jean Calvin à Genève

A Genève, il rencontre Guillaume Farel, un réformateur influent qui lui demande de l’aider à mettre en pratique les idées qu’il a développées dans L’Institution de la religion chrétienne. Tous les deux se heurtent au gouvernement de la ville et sont expulsés en 1538. Calvin trouve alors refuge à Strasbourg et devient pasteur entre 1538 et 1541. Là, il épouse une jeune veuve, Idelette de Bure.

En 1540, les Genevois lui demandent de revenir. Il s’installe de nouveau à Genève en 1541 et y organise l’Eglise réformée. Il contribue à faire du gouvernement de Genève une république calviniste en forme de théocratie protestante.

Il publie en 1540 un Commentaire de l’Épître aux Romains. Il y manifeste clairement sa distance par rapport à Martin Luther : pour lui, il n’y pas d’opposition inconciliable entre loi et Évangile. Et, la même année, il fait paraître une nouvelle version de L’Institution de la religion chrétienne, cette fois-ci en français. C’est l’un des premiers livres de théologie protestante dans notre langue. Les écrits de Calvin sont très nombreux, tous sont écrits en français, afin de ne pas être réservés au clergé.

La diffusion des idées calvinistes

Les idées calvinistes s’exportent rapidement dans le nord et l’est de l’Europe, notamment en Écosse, aux Pays-Bas, dans certaines régions allemandes, en Hongrie ou encore en Pologne. Il s’efforce d’organiser l’Église réformée en France et soutient les paroisses réformées qui s’y sont créées en leur envoyant des pasteurs formés à l’Académie de Genève qu’il a fondée en 1559. Il écrit de nombreux traités, donne des cours public et s’épuise à la tâche. Quand il meurt à 55 ans, le modèle protestant genevois s’est répandu en Europe.

Le calvinisme, structuré par la pensée de Calvin et qui a donné au protestantisme naissant une pensée structurante, valorise la responsabilité individuelle, redéfinissant les rapports du sacré et du profane et critiquant les idoles politiques ou religieuses.



Lien des sources