Jean-Luc Mélenchon salue la constitution d’un “nouveau Front populaire”



Le chef de file des insoumis a réagi à l’annonce d’un accord trouvé par les principaux partis de gauche en vue des élections législatives anticipées.

Une union en 2022, un front en 2024. Deux ans après la Nupes, les principaux partis de gauche se mettent d’accord à l’approche de nouvelles élections législatives. Parti socialiste, France insoumise, les Écologistes-EELV et le Parti communiste appellent ce mardi 10 juin à un “nouveau Front populaire” pour remporter le scrutin provoqué par la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron.

La nouvelle initiative présentée ce soir par Olivier Faure, Marine Tondelier, Fabien Roussel et Manuel Bompard a été saluée par Jean-Luc Mélenchon.

“Accord d’union signé pour un nouveau Front populaire. Candidatures communes dès le premier tour, programme commun en cours de préparation. Un bon travail qui déjoue la division sur laquelle comptaient Macron et Le Pen”, écrit-il sur X.

À trois semaines du premier tour des élections législatives, la gauche espère empêcher une nouvelle percée historique de l’extrême droite à l’Assemblée nationale. Le Rassemblement national est arrivé en tête des élections européennes, loin devant la liste de la majorité présidentielle et celle de Place-publique menée par Raphaël Glucksmann.

Le troisième homme de cette campagne a proposé – avant la conclusion de cet accord de partis de gauche – le nom de l’ancien secrétaire général de la CFDT Laurent Berger au poste de Premier ministre en cas de victoire de la gauche aux élections législatives.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV



Lien des sources