La Grèce toujours en proie au «plus grand incendie jamais enregistré dans l’UE»


«Même dans 100 ans, on ne retrouvera peut-être pas cette biodiversité», s’inquiète un spécialiste des feux de forêt. Les flammes ravagent la Grèce depuis 12 jours et ont déjà rasé plus de 80.000 hectares.

Pour le douzième jour consécutif, la Grèce lutte contre l’incendie «le plus grand jamais enregistré dans l’UE», dans le nord-est du pays, dans l’Evros, département frontalier avec la Turquie.

Déclaré le 19 août et ayant déjà brûlé plus de 81.000 hectares dont une grande partie du parc national de Dadia, dans l’Evros, selon l’observatoire européen Copernicus (EMS), ce feu est «le plus grand jamais enregistré dans l’UE», a indiqué mardi 29 août Balazs Ujvari, un porte-parole de la Commission européenne.

«Seulement sept gardes forestiers gèrent 35.000 hectares»

L’UE a envoyé 11 avions et un hélicoptère de la flotte européenne pour aider la Grèce avec 407 pompiers, soit la moitié des moyens aériens européens communs, selon la Commission européenne. La semaine dernière, 20 personnes ont été retrouvées calcinées, en majorité des migrants dont deux enfants, près d’Alexandroupoli, chef-lieu de l’Evros.

Quatre foyers restent problématiques dans l’Evros, selon les pompiers grecs, et des reprises des feux ont conduit à l’évacuation du village de Kotronia. Il s’agit du plus gros incendie de forêt d’un seul tenant depuis 2008, selon l’EMS. La superficie brûlée correspond à la taille d’une ville comme New York, et plus d’un tiers de la forêt de Dadia a été ravagé, selon le journal de centre gauche Ta Nea.

Le quotidien souligne également les manques de personnel pour prévenir ces feux de plus en plus intenses avec le changement climatique: « par exemple, seulement sept gardes forestiers gèrent 35.000 hectares dans le mont Parnès», à proximité d’Athènes.

«Un désastre irréversible»

Pour Dimitris Stamatopoulos, environnementaliste, cité par Ta Nea, «il faut un nouveau plan national pour renforcer les services forestiers et la prévention via la meilleure gestion des forêts». Sur les réseaux sociaux, la Société pour la protection de la biodiversité de la région a publié des photos impressionnantes «avant» et «après» l’incendie de la forêt de Dadia, protégée par le réseau européen de Natura 2000 et mondialement connu comme étant un refuge pour les vautours.

Alexandros Dimitrakopoulos, professeur spécialisé sur les incendies de forêt, a déclaré sur la chaîne de télévision Mega que c’était «un désastre irréversible». «Il faudra des années pour reconstruire cette forêt unique. Même dans 100 ans, on ne retrouvera peut-être pas cette biodiversité», a-t-il précisé.

Le gouvernement grec a annoncé mardi une série de mesures pour les régions touchées par les incendies. Le ministre de l’Environnement, Theodoros Skylakakis, a annoncé des travaux anti-inondations et des dédommagements pour éleveurs, agriculteurs et habitants ayant perdu leur logement. Comme les pays du pourtour méditerranéen, la Grèce est en proie cet été à de nombreux feux ayant brûlé jusqu’ici 120.000 hectares, selon des estimations de l’Observatoire national grec – soit trois fois la moyenne annuelle depuis 2006, relève l’EMS.



Lien des sources