l’armée israélienne largue des tracts sur Gaza appelant tous les habitants à partir


Une fillette palestinienne près de l’école détruite par une frappe israélienne près de Khan Younès, dans la bande de Gaza, le 10 juillet 2024.

L’offensive d’Israël à Gaza ne faiblit pas. Soutenues par l’artillerie et l’aviation, les troupes israéliennes poursuivent sans relâche mercredi 10 juillet une offensive majeure dans l’enclave. Pour la quatrième fois en autant de jours, une frappe israélienne a touché mardi soir une école abritant des déplacés à Abassan, près de Khan Younès, dans le sud du territoire palestinien, faisant 29 morts dont des enfants, selon une source médicale et le Hamas. L’armée israélienne a dit viser des « terroristes » dans ces raids.

A l’hôpital Nasser, où les victimes de la frappe d’Abassan ont été transférées, de nombreux blessés, dont des enfants, des jeunes et des vieillards, ont été transportés par leurs proches, à pied, dans des camionnettes ou des ambulances, selon des images de l’Agence France-Presse (AFP). « Les attaques répétées de l’armée israélienne contre des écoles doivent cesser », a réagi le ministère des affaires étrangères allemand.

Des sources médicales ont fait état de six morts mercredi matin dans la bande de Gaza. A l’hôpital des martyrs d’Al-Aqsa, à Deir Al-Balah (Centre), « quatre martyrs et un blessé grave » étaient arrivés après une frappe sur une maison près de Nousseirat, selon les mêmes sources. Plus au sud, deux morts et six blessées ont été transférés à l’hôpital Nasser de Khan Younès, d’après une source médicale. Le Croissant-Rouge palestinien a affirmé que ses ambulances ne pouvaient atteindre les victimes à Gaza en raison de l’intensité des bombardements.

Au moins 52 personnes ont été tuées ces dernières vingt-quatre heures. L’offensive israélienne à Gaza a fait jusqu’à présent 38 295 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la santé de la bande de Gaza, administrée par le Hamas. Côté israélien, 1 195 personnes ont perdu la vie, en majorité des civils, selon un décompte de l’AFP établi à partir de données officielles. Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza dont 42 sont mortes. Selon l’armée israélienne, 681 soldats israéliens ont également été tués depuis le début de l’offensive, le 7 octobre 2023.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés A Gaza, le naufrage du ponton humanitaire américain

• Israël largue des tracts sur la ville de Gaza

Après avoir affirmé en janvier avoir démantelé le commandement du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, l’armée israélienne a repris ces derniers jours ses opérations terrestres dans cette région. Elle y a largué des tracts appelant « toutes les personnes » dans la ville de Gaza assiégée à partir vers le sud, disant poursuivre ses « opérations antiterroristes » dans cette ville ainsi qu’à Rafah (Sud).

« A toutes les personnes présentes dans la ville de Gaza, des corridors de sécurité vous permettent de vous rendre rapidement et sans inspection de la ville de Gaza vers des abris à Deir Al-Balah et Al-Zawayda », explique ce tract. « La ville de Gaza reste une zone de combats dangereuse », prévient le texte.

L’armée israélienne a débuté sa nouvelle offensive dans la ville de Gaza le 27 juin, en appelant les habitants du quartier est de Chadjaya à quitter les lieux puis a étendu en début de semaine ses appels à plusieurs quartiers du centre-ville tels que Rimal, poussant des dizaines de milliers de personnes à fuir, d’après l’ONU.

• Conditions de vie « désastreuses », selon l’ONU

Mardi, le bureau des droits de l’homme de l’ONU s’est dit « consterné » par les nouveaux appels israéliens qui encouragent « à fuir vers des secteurs où les opérations militaires de l’armée sont en cours et où des civils continuent d’être tués et blessés ».

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Selon Philippe Lazzarini, commissaire général de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), « il n’y a absolument aucun endroit sûr » dans le territoire palestinien, où l’eau et la nourriture manquent, où plus de 80 % de la population ont été a été déplacée et où les habitants vivent dans des conditions « désastreuses », selon l’ONU.

« Nous avons à nouveau environ 350 000 personnes sur les routes. Et, depuis le début de la guerre, presque tous les habitants de Gaza ont été déplacés une fois, deux fois, trois fois, quatre fois ou cinq fois, ce qui montre qu’il n’y a absolument aucun endroit sûr » dans le territoire, a déclaré à Amman M. Lazzarini.

• Des négociations prévues à Doha

Après des mois de négociations sans résultat sur un cessez-le-feu, une source proche des discussions a affirmé que les chefs de la CIA et des services de renseignement israélien étaient attendus mercredi à Doha, au Qatar. Israël et le Hamas ont continué de faire état de divergences après que le mouvement palestinien a dit selon un responsable ne plus réclamer un cessez-le-feu permanent avant toute négociation sur une libération d’otages.

Le Hamas doit participer aux prochaines négociations, a dit un responsable du groupe. Le bureau du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a affirmé que « tout accord devrait permettre à Israël de se battre jusqu’à ce que tous les objectifs de la guerre soient atteints », et notamment la destruction du Hamas.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Lien des sources