Le CIO recommande de conforter les Alpes 2030



Un accord au finish, intervenu mardi, a permis aux Alpes 2030 de franchir une nouvelle étape en vue de l’attribution des Jeux d’hiver 2030. Au premier jour de la réunion de sa commission exécutive, mercredi, le CIO a en effet recommandé à ses membres de confirmer le choix des Alpes françaises pour l’organisation des Jeux d’hiver de 2030, le 24 juillet, lors de la session à Paris. Il a également recommandé la candidature américaine de Salt Lake City pour l’édition 2034.

Il n’y avait pas vraiment de suspense puisque, depuis le 29 novembre dernier, le CIO avait fait le choix d’entrer en « dialogue ciblé » exclusif avec les promoteurs de la candidature. Mais la garantie qui manquait dans le dernier dossier envoyé par le président du CNOSF David Lappartient, le 29 mai, laissait planer un doute. Ravivé par l’annonce de la dissolution, dimanche soir, et le big-bang politique.

La question de la garantie

Étant donné le contexte politique, le CIO a donc décidé d’accorder un délai supplémentaire aux promoteurs français a expliqué Karl Stoss, le président de la commission en charge du futur hôte des Jeux d’hiver, qui a visité les sites du 22 au 25 avril. La garantie de l’État devait être signée par le Premier Ministre mais comme Gabriel Attal « ne sera vraisemblablement plus là dans un mois », souligne un acteur du dossier, elle n’avait plus vraiment de valeur. « La garantie sera signée par la personne qui peut engager le Gouvernement donc qui signera, je ne pense pas que ce soit la question à se poser », a confirmé Christophe Dubi, directeur des Jeux au CIO lors de la conférence qui a suivi.

« Par contre, une lettre nous a été envoyée faisant état d’un accord de principe sur les contributions respectives des Régions et de l’État. Cela permet à l’État aussi, par la voix de David Lappartient, président du CNOSF de nous garantir que cette garantie de livraison des Jeux sera fournie entre le 7 et le 24. On est rassuré et une chose essentielle est de respecter le processus démocratique entre aujourd’hui et le 7 juillet, ce que l’on fait bien volontiers », a-t-il précisé. D’ici là, les promoteurs de la candidature passeront un grand oral devant les 107 membres du CIO le 26 juin, en pleine campagne pour les législatives.



Lien des sources