Le défi d’Emmanuel Macron : trouver de nouveaux alliés


Dimanche soir, le président de la République, Emmanuel Macron, a prévenu qu’il s’adressera aux Français dans les jours qui viennent.
Que compte-t-il annoncer et qu’elle est sa stratégie ?
Adrien Gindre, chef du service politique chez LCI et TF1, a livré son analyse ce lundi sur le plateau du 13h.

Au lendemain du coup de tonnerre de la dissolution annoncée par Emmanuel Macron, les grandes manœuvres ont commencé lundi : la majorité fait tout pour mettre en échec le RN de Jordan Bardella, candidat à Matignon. Emmanuel Macron, qui a réuni le gouvernement dans la soirée dimanche était présent à Tulle et Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) lundi pour des commémorations. Il aussi promis de s’exprimer cette semaine pour indiquer “l’orientation” qu’il croit “juste pour la nation”.

Sa stratégie est de “mobiliser, ressouder, donner un nouveau souffle, une nouvelle énergie”, analyse dans la vidéo en tête de cet article, Adrien Gindre le chef du service politique chez LCI et TF1 sur le plateau du 13h ce lundi. “Concrètement, ça passe par : une nouvelle manière, une nouvelle formation, qui pourrait prendre la forme d’une fédération”, explique-t-il, soulignant que “le mot fédération est d’ailleurs en réflexion à l’Élysée en ce moment.” Et de poursuivre : “Le modèle, ça peut notamment être 2002. À l’époque, face au Front national, la droite créée l’Union pour la majorité présidentielle. Résultat, Jacques Chirac est réélu président et décroche une majorité absolue à l’Assemblée nationale, l’histoire s’était bien terminée.”

Mais là, est-ce que c’est réaliste ? “Disons qu’au grand loto de la politique, 100 % des gagnants ont tenté leur chance. Donc, ça peut fonctionner. Après, parfois, la réalité est un peu plus cruelle”, poursuit Adrien Gindre. Avant de conclure : “Rappelons qu’Emmanuel Macron a déjà tenté l’opération. Son premier parti, La République en marche, s’est élargi en Renaissance, puis a été créé la marque Ensemble, avec le parti Horizons d’Edouard Philippe et le MoDem de François Bayrou. Ça, c’était au moment des législatives 2022. Ça s’était terminé par une majorité relative, seulement à l’Assemblée. Autrement dit, un échec. Clairement, la partie est loin d’être gagnée.”


La rédaction de TF1



Lien des sources