le ministère de la Santé perquisitionné dans le cadre d’une information judiciaire pour «favoritisme»


Ces perquisitions ont été réalisées par la section de recherches de Paris, et interviennent dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 21 octobre 2022, des chefs de favoritisme et recel de favoritisme.

Un recours «massif et croissant» aux cabinets de conseil par les services de l’État. C’est ce que dénonçaient en mars 2022 les travaux d’une commission sénatoriale, pilotée par Eliane Assassi (Parti communiste) et Arnaud Bazin (Les Républicains). Deux ans plus tard, et alors que les investigations sont toujours en cours, le siège du ministère de la Santé, situé rue de Ségur à Paris, a été perquisitionné ce mercredi 29 mai en présence de magistrats instructeurs, a appris Le Figaro de source judiciaire, confirmant une information du Monde .

Ces perquisitions ont été réalisées par la section de recherches de Paris, et interviennent dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 21 octobre 2022, des chefs de favoritisme et recel de favoritisme, après la publication du rapport susnommé. À l’époque, le document pointait le «recours massif et croissant» par l’État de cabinets de conseil, comme Accenture, CapGemini ou McKinsey, avec un peu moins d’un milliard d’euros dépensés en 2021 – contre 379 millions d’euros en 2018. Le rapport dénonçait ainsi un «phénomène tentaculaire» qui questionnait la «souveraineté» de l’État face à ces organisations.

Plus d’infos à suivre…



Lien des sources