Le vice-président du Malawi, Saulos Chilima, tué dans un accident d’avion


Le vice-président du Malawi, Saulos Chilima, à Blantyre, en mai 2020.

Le vice-président du Malawi, Saulos Chilima, a trouvé la mort dans un accident d’avion, a annoncé, mardi 11 juin, le président Lazarus Chakwera peu après la découverte de l’épave de l’appareil porté disparu depuis la veille. « Les équipes de recherche et de secours ont localisé l’avion, complètement détruit et sans aucun survivant, tous les passagers à bord ayant été tués sur le coup », a annoncé le chef de l’Etat dans une adresse télévisée. « Les mots manquent pour dire à quel point c’est bouleversant », a-t-il ajouté, parlant d’une « terrible tragédie ».

Elu pour la première fois vice-président en 2014 au côté de l’ancien président Peter Mutharika, Saulo Chilima, 51 ans, était très populaire au Malawi, en particulier parmi les jeunes. Figure politique charismatique au discours sévère, il avait été suspendu de ses fonctions en 2022, au cours de son second mandat, dans le cadre d’une enquête sur un vaste scandale autour de marchés publics. Il avait été arrêté et poursuivi pour corruption. Les charges pesant contre lui venaient d’être levées en mai par la justice, ce qui lui avait permis de reprendre ses fonctions officielles.

M. Chilima avait pris place dans l’avion avec neuf autres personnes – dont l’ancienne première dame Shanil Dzimbiri – pour se rendre à Mzuzu, à 370 km au nord-est, et assister aux funérailles d’un ancien membre du gouvernement. Parti de la capitale, Lilongwe, lundi matin après 9 heures, l’appareil a été empêché d’atterrir à Mzuzu en raison du mauvais temps et enjoint de faire demi-tour avant de disparaître des radars, selon la présidence malawite. Des photos montrant des débris portant le numéro d’enregistrement de l’appareil, un bimoteur Dornier 228-202K, ont été transmises à l’AFP.

« A l’arrivée à Mzuzu, le pilote n’a pas pu atterrir en raison d’une mauvaise visibilité due au mauvais temps et les autorités aériennes ont conseillé à l’avion de retourner à Lilongwe, mais les autorités ont rapidement perdu le contact avec l’appareil », avait relaté lundi soir le président Chakwera dans un premier message télévisé à la nation. Le chef de l’Etat a rejeté des allégations de médias locaux selon lesquelles les opérations de recherche avaient été interrompues avec la nuit. Alors qu’il devait partir en visite de travail aux Bahamas, il a annulé son départ.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Lien des sources