“L’éducation est le nerf de la guerre”, explique Julia Torlet, présidente de SOS homophobie



Publié



Durée de la vidéo : 5 min

Les violences contre les personnes LGBT+ sont en hausse. Comment lutter contre ? Explications sur le plateau du 11/13 info avec Julia Torlet, présidente et porte-parole de SOS homophobie, et Thomas Vampouille, directeur de la rédaction de Têtu.
Violences contre les LGBT+ : “L’éducation est le nerf de la guerre” selon Julia Torlet, présidente et porte-parole de SOS homophobie
Les violences contre les personnes LGBT+ sont en hausse. Comment lutter contre ? Explications sur le plateau du 11/13 info avec Julia Torlet, présidente et porte-parole de SOS homophobie, et Thomas Vampouille, directeur de la rédaction de Têtu.
(franceinfo)

Les violences contre les personnes LGBT+ sont en hausse. Comment lutter contre ? Explications sur le plateau du 11/13 info, mercredi 15 mai, avec Julia Torlet, présidente et porte-parole de SOS homophobie, et Thomas Vampouille, directeur de la rédaction de Têtu.

Dans la lignée du rapport de l’agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, celui de SOS homophobie, qui doit paraître jeudi 16 mai, alerte sur l’augmentation des violences à l’encontre des personnes LGBT+. Parmi elles, “la violence physique, des guets-apens à l’encontre d’hommes gays ou supposés gays. Il y a aussi depuis ces derniers mois (…) la présence de la transphobie et d’actes transphobes de plus en plus fréquents et de plus en plus violents”, décrit Julia Torlet, présidente et porte-parole de SOS homophobie, mercredi dans le 11/13 info.

Présent lui aussi sur le plateau du 11/13 info, Thomas Vampouille, directeur de la rédaction de Têtu, “constate à peu près depuis 10 ans une homogénéisation de l’homophobie à travers le monde”, et un harcèlement scolaire en hausse. Pour Julia Torlet, “l’éducation est le nerf de la guerre. La plupart du temps, les discriminations s’appuient sur une forme d’incompréhension et de rejet”. La présidente de SOS homophobie dénonce “un grand mouvement qui vise à discréditer l’éducation sur les questions d’orientation amoureuse, sexuelle et d’identité de genre, voire à l’empêcher”. Thomas Vampouille abonde : “Le lobby réactionnaire est de plus en plus vocal et diffuse de fausses informations dans la population. (…) Ça fait des années qu’on est paralysés face aux conservateurs.” 





Lien des sources