l’élu Reconquête ! Stéphane Ravier condamné pour diffamation contre SOS Méditerranée


Stéphane Ravier va faire appel de cette condamnation.
LUDOVIC MARIN / AFP

Le sénateur des Bouches-du-Rhône a été condamné à 3000 euros d’amende pour un tweet publié en 2018 affirmant que l’ONG de sauvetage en mer était «complice du trafic d’êtres humains».

Le sénateur du parti d’extrême droite Reconquête ! Stéphane Ravier a été condamné vendredi à une amende de 3000 euros par le tribunal correctionnel de Marseille pour diffamation à l’encontre de l’ONG de secours en mer SOS Méditerranée.

Les faits remontent à 2018 lorsque Stéphane Ravier, alors encore membre du Rassemblement national (RN), avait accusé l’ONG portant secours aux réfugiés en détresse en mer et dont le siège est à Marseille «d’être complice du trafic d’êtres humains».

Outre une amende de 3000 euros, le sénateur désormais rallié au parti d’Éric Zemmour a été condamné à verser la somme symbolique d’un euro à SOS Méditerranée au titre du préjudice moral. Présent lors du délibéré, Stéphane Ravier a indiqué faire appel de cette décision.

Un tweet félicitant Génération identitaire

Le 7 octobre 2018, le sénateur avait mis en cause sur Twitter (devenu X) SOS Méditerranée, félicitant aussi le mouvement d’extrême droite Génération identitaire, dissout en 2021, pour leur action violente devant le siège de l’ONG à Marseille.

Deux jours plus tôt, 22 militants de Génération identitaire s’étaient introduits au siège de l’ONG à Marseille où ils avaient déployé une banderole accusant SOS Méditerranée d’être «complice du trafic d’êtres humains». La directrice générale de SOS Méditerranée, Sophie Beau, avait raconté que le personnel de l’ONG avait «été brutalisé, certains (employés) plaqués» puis «éjectés de force de leur bureau».

Dénonçant une «scène unique de violences», le tribunal avait condamné le 20 octobre 2022 deux des militants de Génération identitaire à des peines de prison ferme allant jusqu’à un an pour cette action.



Lien des sources