les Emirats, l’Azerbaïdjan et le Brésil forment une inédite «Troïka des présidences de COP»


Les engagements actuels des pays placent le monde sur une trajectoire de réchauffement de 2,5° à 2,9°C au cours du siècle, selon les calculs de l’ONU
AMR ALFIKY / REUTERS

Les Emirats arabes unis, qui ont présidé la COP28, et leurs successeurs, l’Azerbaïdjan pour la COP29 et le Brésil pour la COP30, ont annoncé mardi avoir lancé un partenariat inédit pour «améliorer la coopération et la continuité» des négociations climatiques mondiales avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C. Cette «troïka des présidences de COP», prévue par l’accord final de la 28e Conférence des Nations unies sur le changement climatique, doit «garantir la collaboration et la continuité nécessaires pour maintenir en vue l’étoile polaire de 1,5°C, depuis Bakou jusqu’à Belém et au-delà», a déclaré Sultan Al Jaber, président de la COP28, cité dans un communiqué.

Les 198 pays qui ont adopté l’accord final de COP28 le 13 décembre à Dubaï, avaient donné mandat pour que ces trois présidences travaillent ensemble sur «une feuille de route pour la mission 1,5°C», objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris, gravement menacé par la trajectoire des émissions de gaz à effet de serre de l’humanité. Les engagements actuels des pays placent le monde sur une trajectoire de réchauffement de 2,5° à 2,9°C au cours du siècle, selon les calculs de l’ONU. La limite de 1,5°C sera probablement atteinte entre 2030-2035, selon les estimations des experts du climat des Nations unies (Giec). Ces derniers soulignent que chaque dixième de degré supplémentaire intensifie et multiplie les phénomènes extrêmes.

Ce partenariat, selon l’accord final de la COP28, doit «renforcer considérablement la coopération internationale et l’environnement international favorable pour stimuler l’ambition dans le prochain cycle de contributions déterminées au niveau national», c’est-à-dire les plans de réduction d’émissions de chaque pays (NDC, en anglais), qui doivent être revus à la hausse d’ici la COP30 de Belém au Brésil en 2025. Ceci «en vue de renforcer l’action et la mise en oeuvre au cours de cette décennie critique et de maintenir la barre de 1,5°C à portée», selon l’accord.

Flux financiers vers le Sud

A la COP28, le monde est convenu de «transitionner hors» des énergies fossiles, mais l’accord ne contenait pas d’avancées sur le déblocage des flux financiers vers les pays en développement, point de friction majeur des négociations mondiales. Ce sujet s’annonce comme un thème central de la COP29 de Bakou, qui doit fixer un nouvel objectif pour l’aide financière climatique fournie par les pays développés.

Avec deux ans de retard, les pays riches ont «probablement» atteint en 2022 leur promesse initiale d’un financement climatique annuel de 100 milliards de dollars, selon l’OCDE. Une aide publique toutefois insuffisante: d’ici 2030, les pays en développement, sans compter la Chine, ont un besoin annuel de 2.400 milliards de dollars, selon un calcul d’experts de l’ONU.

Pour tenir la limite de 1,5°C, «il sera essentiel d’établir un nouvel objectif en matière de financement, qui reflète l’ampleur et l’urgence du défi climatique», a déclaré le président désigné de la COP29, Mukhtar Babayev, ministre de l’écologie et des ressources naturelles, se présentant comme un «bâtisseur de ponts entre le monde développé et le monde en développement».



Lien des sources