« Mario Kart 8 » fait la course en tête depuis dix ans


Le boomerang était, à sa sortie, l’un des nouveaux bonus de

Des ventes aux proportions « extravagantes » : dix ans après sa sortie, Mario Kart 8 est loin d’avoir fait son dernier tour de piste. Depuis 1992, toutes les consoles de Nintendo ont eu droit à leur épisode de ce jeu de course dans lequel Mario, Peach, Bowser et les autres héros de la marque s’affrontent sur des circuits de kart fantaisistes.

Initialement sorti le 29 mai 2014 sur Wii U, console considérée comme un échec pour Nintendo, la version originale de Mario Kart 8 ne s’est écoulée d’abord qu’à 8 millions d’exemplaires. Des ventes décevantes à relativiser : « 60 % des possesseurs de la Wii U avaient Mario Kart », recontextualise Oscar Lemaire, journaliste spécialisé dans l’économie des jeux vidéo.

Sa réédition en 2017 sur Nintendo Switch, une console au succès lui-même phénoménal (141,3 millions de consoles vendues au 31 mars 2024) lui permettra cependant de changer de braquet. Soutenu par des campagnes publicitaires régulières, Mario Kart 8 n’en finit plus d’attirer de nouveaux joueurs.

En mars 2024, le jeu s’était ainsi écoulé à plus de 60 millions d’exemplaires, ce qui en fait le titre le plus vendu de la console, devant Animal Crossing et The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Dans toute l’histoire de Nintendo, seul Wii Sports (82 millions d’exemplaires), avec ses mythiques épreuves de tennis et de boxe, fait mieux – il faut dire qu’à l’époque, le jeu était fourni gratuitement avec sa console. Pour Oscar Lemaire, « Mario Kart n’a pas de concurrent qui lui arrive à la cheville. C’est devenu le jeu de référence de la Switch ».

Exigeant mais accessible

En 2019, la rencontre de ce succès jamais démenti donne l’idée au streameur Ponce d’organiser un tournoi. Tous les dimanches après-midi, les fans du Français aux 800 000 followers se retrouvent ainsi sur Mario Kart 8 une heure trente durant. Si le streameur a entre-temps cessé d’y participer systématiquement, « ce tournoi a réuni des milliers de joueurs et continue d’en rassembler plusieurs centaines chaque semaine », estime-t-il.

C’est d’ailleurs devenu un rituel pour Cléa, 22 ans, « mariokarteuse » depuis 2019. Cela fait un an qu’elle participe assidûment au tournoi de Ponce : l’occasion de se confronter à des joueurs de tous niveaux. Même après toutes ces parties, elle s’en félicite : « Le tournoi me permet de suivre mes progrès sur le jeu. » « Il y a un esprit compétitif que j’aime beaucoup. On se retrouve tous les dimanches avec l’idée de s’améliorer et devenir meilleur », renchérit Louison, ancien joueur des tournois de Ponce.

Il vous reste 52.2% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lien des sources