Médecins, cliniques… la pression monte sur le gouvernement alors que se prépare un conflit «très dur»


RÉCIT – Les syndicats médicaux et l’Assurance-maladie se retrouvent pour une ultime négociation sur les tarifs jeudi et vendredi. Mais les désaccords restent nombreux, alors que se profile une grève très suivie dans les cliniques dès le 3 juin.

Ça doit être la « der des ders », a promis Thomas Fatôme, directeur général de l’Assurance-maladie. Après un échec au printemps dernier, puis une reprise à l’automne, les médecins et l’Assurance-maladie doivent se retrouver pour une ultime séance, ce jeudi et vendredi, pour finaliser la convention médicale, un texte technique de 168 pages fixant les tarifs et les modes d’exercice des praticiens pour les cinq ans à venir. Deux jours qui ne seront pas de trop pour régler les nombreux points de désaccords qui subsistent dans cette nouvelle convention attendue depuis trois ans (la précédente devait s’arrêter en 2021).

Ces 48 heures devront permettre aux différents syndicats de disposer, le 17 mai au soir, d’un texte définitif, qu’ils pourront soumettre à leurs instances internes et à leurs adhérents. « C’est maintenant qu’il faut aboutir, il ne servirait à rien de poursuivre indéfiniment les négociations », a déclaré Thomas Fatôme, qui a proposé de passer le tarif de la consultation chez…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lien des sources