Médicaments, produits solaires, tatouages… L’ANSM rappelle les bonnes pratiques pour l’été



À l’approche des beaux jours, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé rappelle les précautions à prendre lorsqu’on a à prendre des médicaments, appliquer une protection solaire ou pour protéger ses tatouages.

Si l’été continue de se faire attendre, il ne faut pas pour autant prendre de mauvaises habitudes, qui peuvent jouer sur notre santé. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ASNM) a publié, ce mercredi 10 juillet, comme tous les ans, son guide indiquant les “précautions particulières” à prendre lors de l’utilisation de médicaments, de produits solaires ou en cas de tatouages pendant la période estivale.

“Les fortes chaleurs peuvent avoir une incidence sur l’utilisation et la conservation des produits de santé”, rappelle l’ASNM. En période estivale, le premier risque est celui d’une déshydratation, le corps tentant de maintenir sa température à 37°C: c’est la thermorégulation.

Éviter l’exposition des médicaments au soleil

Mais, “chez des personnes surexposées et/ou vulnérables, le système de thermorégulation peut être débordé ou défaillant”. Les personnes concernées peuvent vite se déshydrater, et “certains médicaments sont susceptibles d’aggraver un syndrome d’épuisement-déshydratation ou un coup de chaleur”. D’autres médicaments verront leur “efficacité” altérée par la chaleur.

Que faire si l’on doit prendre des médicaments en cas de forte chaleur? En cas d’un traitement long, l’ASNM explique qu’il ne faut jamais l’arrêter sans en avoir parlé avec un professionnel de santé, qui pourra indiquer “si des précautions particulières doivent être prises”. De la même manière, “l’automédication” est vivement déconseillée.

Comment conserver ses médicaments quand il fait chaud? En évitant de les exposer directement au soleil d’une part, en les conservant “à une température inférieure à 25°C ou à 30°C”. L’ANSM recommande de transporter ses médicaments “dans un emballage isotherme mais non réfrigéré” (sauf pour ceux qui se conversent au réfrigérateur). Ainsi, il faut être vigilant aux médicaments restés trop longtemps dans des endroits qui chauffent rapidement, à l’instar du coffre d’une voiture.

Attention aux “accélérateurs de bronzage”

Qui dit fortes chaleurs, dit protections solaires. “Qu’ils soient sous forme de crème, de spray, de lait ou de stick, pour être efficaces et sans danger, les produits de protection solaire doivent être bien utilisés”, rappelle l’ASNM. Pour bien choisir, plusieurs critières sont à prendre en compte: la sensibilité de sa peau (plus elle est claire, plus la protection doit être importante), les conditions de l’exposition (plus il y a du soleil, plus il faut se protéger) et la composition du produit.

L’ASNM met en garde sur les produits dits “accélérateurs de bronzage“, comme le Monoï par exemple, qui n’assurent “aucune protection solaire”. “De manière générale, ne vous exposez pas aux heures de la journée où le rayonnement est le plus intense et n’exposez jamais les bébés et les jeunes enfants directement au soleil”, martèle l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. En cas d’effets indésirables, il faut rapidement cesser l’exposition au soleil et aller consulter un professionnel de santé.

En période estivale, il faut également être vigilants quant aux tatouages, particulièrement les tatouages éphémères à base de henné, qui peuvent provoquer des “réactions allergiques graves”. Ces dernières peuvent survenir jusqu’à “plusieurs semaines” après la réalisation du tatouage.

Plusieurs précautions sont donc de mise: faire attention à la provenance et à la composition du henné et consulter rapidement un professionnel de santé en cas d’effets indésirables.



Lien des sources