PS, PCF, EELV et LFI appellent à “la constitution d’un nouveau front populaire” et à “des candidatures uniques dès le premier tour”


Cet appel fait suite à la réunion des partis de gauche lundi au lendemain de la dissolution de l’Assemblée nationale et à la convocation d’élections législatives anticipées “pour faire face à la situation historique du pays”.


Publié



Mis à jour



Temps de lecture : 2 min

Un manifestant tient une pancarte sur laquelle on peut lire "Front populaire" lors d'une manifestation contre l'extrême droite, à Marseille le 10 juin 2024. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Plusieurs partis de gauche appellent lundi 10 juin à “la constitution d’un nouveau front populaire” et à “des candidatures uniques dès le premier tour”, a appris franceinfo auprès des Ecologistes. “Nous appelons à la constitution d’un nouveau front populaire rassemblant dans une forme inédite toutes les forces de gauche humanistes, syndicales, associatives et citoyennes”, écrivent les Écologistes-EELV, La France Insoumise, le Parti communiste français, le Parti socialiste, Place publique, Génération⸱s, et la gauche républicaine et socialiste (GRS) dans un appel commun.

“Dans chaque circonscription, nous voulons soutenir des candidatures uniques dès le premier tour”, indiquent les signataires de cet appel à un front populaire. Les candidatures “porteront un programme de rupture détaillant les mesures à engager dans les 100 premiers jours du gouvernement du nouveau front populaire”.

“Notre objectif est de gouverner pour répondre aux urgences démocratiques, écologiques, sociales et pour la paix.”

Écologistes, LFI, PCF, PS, Place publique, Génération⸱s, GRS

dans un communiqué

Les signataires appellent par ailleurs, “en écho à l’appel des syndicats et de la jeunesse” ce lundi soir, à “rejoindre les cortèges et à manifester largement”. “À la manière dont nous gouvernerons, sur un cap clair, nous voulons bâtir ce nouveau front populaire avec toutes les forces qui partagent cette ambition et cet espoir.”

Les patrons des différents partis de gauche, réunis au pied du siège du parti des Ecologistes dans le 10e arrondissement à Paris, ont pris la parole chacun à leur tour devant la foule, quelques minutes après avoir annoncé leur union pour les législatives. “On a encore beaucoup de travail, tout reste à faire, on va avoir besoin de vous”, a déclaré Marine Tondelier secrétaire nationale des Ecologistes, devant la foule réunie pour l’occasion, scandant “Front Populaire !” et “Ne nous trahissez pas !”.

“Nous exprimons notre volonté de partir ensemble dans cette bataille pour proposer une alternative à la politique d’Emmanuel Macron et pour combattre l’extrême droite raciste”, a déclaré Manuel Bompard coordinateur national de la LFI. Il a dit sa volonté de se rassembler “autour de candidatures communes des élections législatives qui défendront un programme de rupture”.

“Nous voulons prendre devant vous le serment d’être unis jusqu’à la victoire”, a dit Fabien Roussel le secrétaire national du PCF. Olivier Faure, premier secrétaire du PS, a souhaité se réunir “avec toutes celles et ceux qui ne se résolvent pas à faire de la France un pays qui succombe à l’extrême droite”. “Nous sommes un pays métissé, fier de ses différentes origines, un pays qui ne trie pas entre ses enfants. Nous sommes un pays qui se lève pour dire ‘non’ à l’extrême droite et ‘oui’ à la démocratie”, a-t-il déclaré, mégaphone à la main.





Lien des sources