Quels sont les ministres du gouvernement Attal qui se (re)présentent aux législatives anticipées ?


La dissolution de l’Assemblée signifie que plusieurs ministres du gouvernement ont perdu leur siège de député.
À moins d’un mois des législatives anticipées, plusieurs membres représentants de la majorité, Gabriel Attal, ont annoncé se représenter.
TF1info fait le point sur les candidatures déjà officialisées.

Au sein du gouvernement Attal, on compte une vingtaine de ministres élus députés. Des mandats remis en jeu suite à l’annonce par Emmanuel Macron de la dissolution de l’Assemblée nationale. Les représentants de la majorité qui disposaient d’un ancrage local sont donc contraints de retourner en campagne à l’occasion de législatives anticipées s’ils veulent retourner aux manettes dans leurs circonscriptions respectives. Si certains laissent encore planer le doute quant à leur volonté de se représenter, d’autres n’ont pas attendu pour repartir en campagne. 

Darmanin, Riester, Bergé et Attal y retournent

Le Premier ministre, sonné par l’annonce d’Emmanuel Macron, est resté silencieux durant près de deux jours. Si certains se sont un temps interrogés sur sa volonté de briguer un nouveau mandat de député, Gabriel Attal a indiqué aux députés sortants de la majorité qu’il serait candidat à sa réélection dans les Hauts-de-Seine. Aucune tergiversation en revanche du côté de Gérald Darmanin, d’ores et déjà en campagne dans son fief électoral du Nord. Le ministre de l’Intérieur entend se faire élire et devra pour cela convaincre les électeurs de ne pas faire confiance au RN : à l’échelle du département, la liste menée par Jordan Bardella a récolté plus de 37% des suffrages aux européennes.

Parmi les autres ministres en campagne figurent Franck Riester. En charge du Commerce extérieur, il va se représenter en Seine-et-Marne. Toujours en Île-de-France, Aurore Bergé va briguer un nouveau mandat dans sa circonscription des Yvelines. Le ministre de la Transformation et de la Fonction publique, Stanislas Guerini, sera quant à lui candidat à Paris.

“Fidèle à mon territoire et aux Euréliens, j’aurai l’honneur de me soumettre une nouvelle fois à vos suffrages et vous convaincre de me renouveler votre confiance, dans la 1ʳᵉ circonscription d’Eure-et-Loir”, a indiqué de son côté le ministre du Logement, Guillaume Kasbarian. Comme lui, Thomas Cazenave (Gironde), Dominique Faure (Haute-Garonne) ou encore Sabrina Agresti-Roubache (Bouches-du-Rhône) font le choix de repartir en campagne. Sans oublier Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire, qui compte se représenter dans le Loir-et-Cher. Parmi les figures moins connues du gouvernement, notons enfin que Fadila Khattabi va retourner face aux électeurs en Côte-d’Or. La ministre déléguée aux Personnes âgées et handicapées a confirmé qu’elle comptait briguer un nouveau mandat.

Il n’est pas exclu qu’au moment de l’officialisation des investitures par la majorité, l’on découvre que d’autres ministres soient en lice. Plusieurs représentants du gouvernement, qui n’étaient pas députés jusqu’à présent, pourraient ainsi se lancer dans la campagne des législatives. Les noms de Christophe Béchu ou d’Agnès Pannier-Runacher circulent parmi les figures de la majorité susceptibles d’être mobilisées.


TD



Lien des sources