Révolution en vue pour Louis-Dreyfus Armateurs


DÉCRYPTAGE – Cette entreprise familiale centenaire est prête à accueillir un partenaire à son tour de table pour accélérer son repositionnement récent.

Edouard Louis-Dreyfus, président de Louis Dreyfus Armateurs, en a fait l’annonce à son personnel lundi : ce groupe qui exploite aujourd’hui 19 navires spécialisés dans des domaines de niche envisage sérieusement d’ouvrir son capital à un partenaire industriel ou financier. Une révolution pour cette grosse PME de plus de 400 millions d’euros de chiffre d’affaires, profitable, et qui est possédée à 100 % par Édouard Louis-Dreyfus, son père et ses deux sœurs.

« Nous cherchons un partenaire minoritaire, pas quelqu’un qui pourrait nous racheter », souligne le patron de ce groupe dont les bateaux sous pavillon français emploient des marins français. Sans donner plus de précisions. Une seule certitude, affirmée très clairement par le patron : « Nous ne ferons pas d’introduction en Bourse car nous sommes un groupe familial avec tous les avantages qui en découlent, dont un processus de décision hyper-rapide. Or si nous étions en Bourse, j’ai l’impression que cela ralentirait tout

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

Vente Flash

1€ par mois pendant 3 mois. Sans engagement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lien des sources