Roland-Garros : des tribunes clairsemées pendant la demi-finale Zverev-Ruud



La journée s’est mieux terminée pour Alexander Zverev que pour l’image du tournoi parisien, ou plutôt de son public, dont une bonne partie a boudé la deuxième demi-finale, un forfait impensable dans les autres pays du Grand Chelem. L’instauration de la double billetterie en 2017 était censée éviter l’éclaircissement des tribunes après un premier match à rallonge, à l’image du choc de plus de 4 heures entre Carlos Alcaraz et Jannik Sinner vendredi. Elle devait aussi permettre d’augmenter les recettes du tournoi. Cependant, il y a encore des invités des loges ou de la Présidentielle qui s’éclipsent et, plus incompréhensible encore, des spectateurs payants qui renoncent.

Cornet : « C’est un peu triste »

Retraitée après avoir disputé le tournoi pour la dernière fois, Alizé Cornet s’en est émue au micro de France Télévisions : « Je tenais à mentionner un petit point qui me tient à coeur : c’est de voir ces tribunes à moitié vides, cela me fait énormément de peine. Pour une demi-finale masculine, à RolandGarros, on sait à quel point les places sont difficiles à avoir pour les vrais amoureux de tennis. Voir à seulement 21h30 des tribunes comme ça, cela fait un peu de la peine pour le tournoi et pour les fans de tennis. C’est la fiesta dans tous les autres tournois du Grand Chelem, à cette heure-là, les tribunes sont remplies, garnies, les gens sont surexcités d’être là, donc c’est un peu triste. »



Lien des sources