Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour six proches du footballeur dont son frère Mathias


En mars 2022, Paul Pogba a été séquestré et braqué par deux hommes.
Le parquet de Paris a demandé, ce mercredi 12 juin, un procès correctionnel pour six proches du footballeur.
Son frère Mathias fait partie des mis en cause.

Le parquet de Paris a tranché sur l’affaire Pogba. Il a demandé, mercredi 12 juin, un procès correctionnel pour six proches de Paul Pogba, dont son frère Mathias, au terme de l’enquête sur la séquestration et l’extorsion du footballeur en 2022. D’après les réquisitions, cinq proches de Paul Pogba sont soupçonnés d’avoir “minutieusement préparé” une réunion en banlieue parisienne le 19 mars 2022, pendant laquelle le joueur, depuis suspendu quatre ans pour dopage, a été séquestré et braqué par deux hommes non identifiés qui lui réclamaient 13 millions d’euros. 

Son frère soupçonné de lui avoir fait pression

Mathias, absent cette nuit-là, est de son côté soupçonné d’avoir fait a posteriori pression sur son cadet, “empreint de la même détermination d’obtenir de Paul Pogba la remise de fonds”. Lors de l’enquête, tous ont nié, affirmant être également “victimes” des braqueurs et avoir été agressés puisque le footballeur refusait de payer. Ce mercredi 12 juin, leurs avocats n’étaient pas joignables dans l’immédiat. 

Les trois amis d’enfance et les deux anciennes connaissances du quartier où les Pogba ont grandi, à Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne), présents la nuit du 19 mars 2022, ont été mis en examen à Paris pour extorsion avec arme et séquestration en bande organisée, ainsi que pour association de malfaiteurs criminelle.

Le parquet de Paris a requis, mercredi 12 juin, la requalification des faits en abandonnant la circonstance aggravante de la bande organisée et demande un procès en correctionnel pour tous, pour extorsion, séquestration et association de malfaiteurs délictuelle. L’affaire était devenue publique, tournant au drame familial, quand Mathias Pogba avait publié des vidéos à l’été 2022 incriminant son cadet qu’il accusait de les avoir “abandonnés”

Durant l’enquête, Mathias avait assuré avoir eu peur pour sa sécurité et celle de ses proches, puis indiqué aux juges en janvier avoir été manipulé par les autres suspects. Il espérait rapidement se réconcilier avec son frère.


Marianne LEROUX avec l’AFP



Lien des sources