Série Euro 84 (9/17) : Platini embrase le Chaudron



Cinq jours après avoir sonné creux pour Espagne-Roumanie (1-1 devant 17 012 personnes), Geoffroy-Guichard déborde de 45 789 spectateurs pour le dernier match de poule des Bleus. « J’aimerais que l’équipe de France soit brillante », exhorte Michel Platini, l’ancien Vert (1979-1982) motivé à l’idée d’embraser un Chaudron où fument encore les cendres du barrage retour D1-D2 perdu un mois plus tôt face au RC Paris (0-2, 0-0 à l’aller) qui a précipité l’ASSE en D2.

Michel Hidalgo, qui craint un « sursaut d’orgueil » de la Yougoslavie déjà éliminée, reconduit sous la pression de ses cadres le 3-5-2 qui a concassé la Belgique (5-0). Sans Bernard Genghini (mal-aimé du public stéphanois après son passage éclair au club en 1982-1983, qui l’a copieusement sifflé à l’annonce des équipes) ni Bernard Lacombe, remplacés par Jean-Marc Ferreri et Dominique Rocheteau. Las, dans son ancien repaire, l’Ange Vert, sans repères dans un rôle de pivot, traverse la première période comme une âme en peine.

641

D’un tir du gauche en lucarne, le Yougoslave Milos Sestic (32e) met un terme à la série d’invincibilité de Joël Bats qui n’avait plus encaissé de but avec les Bleus depuis 641 minutes et un penalty de l’Espagnol Señor en amical au Parc des Princes (1-1), le 5 octobre 1983.

Souvent submergée sur son flanc droit où Luis Fernandez peine à écoper face aux débordements de Milos Sestic et Dragan Stojkovic, l’équipe de France, méconnaissable et de guingois, est logiquement menée à la mi-temps (0-1).

À la pause, Hidalgo remet sa formation d’équerre : Rocheteau est remplacé par le défenseur Thierry Tusseau, Fernandez retrouve sa place au milieu. Replacé un cran plus haut, Platini régale Geoffroy-Guichard d’un nouveau triplé : but du gauche sur un centre de Ferreri (59e), tête plongeante sur un centre de Battiston (62e) et coup franc direct en feuille morte du droit (77e). Sur ce coup, il se montre roublard en déplaçant le ballon de deux bons mètres sur la gauche pour avoir un meilleur angle. Avec 33 buts, il devient meilleur buteur de l’histoire des Bleus, devant Just Fontaine (30). « Il connaissait le moindre mètre carré de cette pelouse, observe Yvon Le Roux, admiratif. Le talent a fait le reste. »

Malgré le penalty de Stojkovic (84e), la France réalise carton plein et termine 1ère du groupe I devant le Danemark qui a renversé la Belgique (3-2).



Lien des sources