TVA, voile, Otan… Six différences entre le programme du Rassemblement national en 2024 et celui de la présidentielle 2022



Publié



Temps de lecture : 4 min

Une affiche de campagne pour le Rassemblement national à Ajaccio (Corse), le 21 juin 2024. (STEPHANE FRANCES / AFO)

Jordan Bardella a présenté lundi le programme du parti d’extrême droite pour les scrutins des 30 juin et 7 juillet.

Il affirme ne pas promettre ce qu’il “ne peut pas tenir”. Le président du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, a présenté lundi 24 juin le programme du parti d’extrême droite pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet. “Big bang de l’autorité” à l’école, arrêt de l’immigration, relance du pouvoir d’achat… L’eurodéputé a déroulé des thèmes connus. Mais il est revenu sur plusieurs des mesures proposées lors de la campagne présidentielle de 2022.

Jordan Bardella s’est défendu de ces “prétendus renoncements”, les justifiant par une réalité budgétaire dégradée, imputable aux mauvais choix de la majorité sortante”. Franceinfo revient sur les principales différences entre le programme 2022 du RN et celui de 2024.

1 La suppression de la TVA sur les produits de première nécessité

Face à l’augmentation des prix causée par l’inflation, Marine Le Pen proposait en 2022 de supprimer “la TVA sur un panier de 100 produits de première nécessité” sur BFMTV. La mesure figure toujours dans le programme (PDF) présenté par Jordan Bardella, mais est assujettie d’une nouvelle condition. “La suspension de la TVA sur une centaine de produits de première nécessité”, ne sera activée pour “protéger le pouvoir d’achat” qu’en “cas de forte inflation”, précise le programme du RN. La mesure ne sera mise en place que “dans un deuxième temps”, avait prévu le patron du RN dans un entretien au Parisien le 17 juin. 

2 La sortie de la France du marché européen de l’électricité

En 2022, le RN proposait de “sortir la France du marché européen de l’électricité” en réponse à l’envolée du prix du gaz sur les marchés européens, après l’invasion russe de l’Ukraine, car le prix de l’énergie dans l’UE est déterminé par celui de l’énergie la plus chère. Une situation dénoncée par le parti d’extrême droite qui estime que les Français pourraient payer moins cher grâce au parc nucléaire. Le programme du RN propose désormais une “sortie des règles européennes de fixation des prix de l’électricité”, négociée avec l’Union européenne (UE) dès juillet 2024. La position du RN avait déjà été modifiée en amont des européennes du 9 juin.

“Nous voulons renouer avec les prix français de l’énergie : notre gouvernement négocierait une dérogation aux règles européennes des fixations de prix de l’énergie”, a précisé Jordan Bardella durant sa conférence de presse. Le candidat RN au poste de Premier ministre affirme qu’il ne s’agit pas d’une “remise en cause du marché européen”, précisant que les “interconnexions” avec les systèmes électriques des autres pays de l’UE “demeureront”.

3 La sortie du commandement armé de l’Otan

Dans un livret programmatique sur la Défense de la campagne présidentielle de 2022, le RN promettait un “retrait du commandement intégré de l’Otan“. Le texte, toujours visible en ligne, prônait notamment “une alliance avec la Russie sur certains sujets de fond”. Jordan Bardella avait pris ses distances avec cette proposition pendant la campagne des européennes. “Si la guerre [en Ukraine] est toujours en cours, non. Le programme que nous avons toujours défendu ne tenait pas compte de la guerre”, avait-il affirmé à Politico le 28 mars. Dans son programme pour les législatives, le RN assure cependant “refuser tout transfert de compétences vers l’Union européenne dans les domaines de la défense et de la diplomatie”.

 

4 L’interdiction de l’abattage rituel

Dans son livret programmatique sur “la protection des animaux”, le RN promettait en 2022 que “l’abattage rituel sans étourdissement préalable sera interdit”. La mesure ne figure finalement pas dans le programme présenté par Jordan Bardella. Le député sortant RN Sébastien Chenu, avait affirmé dimanche sur Radio J que “l’abattage sans étourdissement” pour produire de la viande halal ou casher resterait autorisé en cas de victoire. “On va réunir les cultes pour savoir s’ils sont prêts à faire des efforts. S’ils ne le sont pas, il y aura une exception“, a déclaré le vice-président du RN.

5 L’interdiction du voile

Le programme de Marine Le Pen en 2022 proposait d’interdire le foulard islamique dans la rue et les lieux publics. “L’interdiction du voile est essentielle”, avait affirmé la candidate sur BFMTV, quelques mois avant la présidentielle. La mesure, complexe à mettre en place, est absente du programme pour les législatives 2024. Dans les colonnes du Parisien, Jordan Bardella affirmait que l’interdiction du voile restait “un objectif”, tout en renvoyant à une hypothétique victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle de 2027.

6 Le démantèlement des éoliennes déjà construites

Le programme de Marine Le Pen de 2022 voulait mettre en place “un moratoire sur l’éolien et le solaire” et promettait, “pour l’éolien”, de lancer “le démantèlement progressif des sites en commençant par ceux qui arrivent en fin de vie”, selon un livret programmatique. Le RN voulait aussi stopper les subventions à cette filière. Le nouveau programme du parti ne mentionne plus les éoliennes. Néanmoins, Jordan Bardella a précisé lors de la conférence de presse qu’“un moratoire sur toute nouvelle construction de chantier éolien” était à l’ordre du jour, celles déjà installées ne seront pas démantelées. 





Lien des sources