un défilé réduit sur l’avenue Foch, centré sur l’olympisme et la Libération



L’olympisme et les 80 ans de la Libération seront célébrés au défilé du 14-Juillet, dans une version réduite organisée sur l’avenue Foch en raison des Jeux olympiques et non sur les traditionnels Champs-Élysées, a indiqué lundi 10 juin le gouverneur militaire de Paris.

Un des objectifs de l’édition 2024, « revue et adaptée de façon exceptionnelle », est de « mettre en avant les liens entre les armées et les valeurs de l’olympisme », à 12 jours de la cérémonie d’ouverture dans la capitale française, avec en tableau final un relais à cheval avec la flamme olympique, a expliqué le général Christophe Abad.

Avenue Foch

C’est la deuxième fois de l’histoire que le défilé du 14-Juillet se déroulera avenue Foch. La première fois remonte à 1918, mais le défilé s’était déployé dans l’autre sens et pas sur l’avenue complète, selon les archives des armées.

Un tableau initial mettra d’abord en avant 31 pays qui ont participé à la Libération de la France, 14 pays occidentaux et 17 pays d’Afrique et du Maghreb dont l’Algérie, le Maroc, la Tunisie mais aussi le Sénégal, le Tchad et Djibouti.

Cet engagement sera mis en scène avec 4 véhicules d’époque prêtés par l’association Garand de la mémoire, en référence au fusil américain de l’époque, le M1 Garand.

Dans la foulée, 22 hélicoptères et 6 avions légers poursuivront le défilé qui fera la part belle aux unités militaires élevées au rang de Compagnons de la Libération, comme le régiment de marche du Tchad, les fusiliers marins du commando Kieffer ou le groupe de bombardement Lorraine.

Anneaux olympiques

Sur une avenue plus courte et plus étroite, le défilé à pied sera réduit de 30 % avec 4 000 participants. Il n’y aura pas de défilé de troupes motorisées, a précisé le gouverneur lors d’une conférence de presse.

Cent jeunes Français faisant partie d’un nouveau programme de recrutement de l’armée de terre défileront également, tout comme des réservistes et des volontaires du service national universel (SNU), qui formeront les anneaux olympiques devant la tribune présidentielle.

Le tableau final rendra hommage aux liens entre les armées et l’olympisme, avec la présence du Cadre noir de Saumur et de l’écuyer en chef de ce corps de cavaliers d’élite, le colonel Thibaut Vallette. Ce médaillé d’or aux JO de Rio en 2016 apportera la flamme olympique à cheval et la remettra aux relayeurs, qui se rendront ensuite sur d’autres lieux symboliques de Paris comme l’Assemblée nationale.

Le défilé d’avions accueillera 4 appareils étrangers, 2 britanniques et 2 américains. Et la Patrouille de France clôturera la cérémonie en passant au-dessus d’une tribune présidentielle plus étroite qu’à l’accoutumée.



Lien des sources