Un informateur russe présumé interpellé par les services ukrainiens



Un habitant de Kharkiv a été recruté par la Russie via la messagerie Telegram, selon les autorités ukrainiennes.
En plus de communiquer avec une Russe, il photographiait des installations militaires pour “aider Moscou” à planifier ses frappes.
Il risque jusqu’à 8 ans de prison.

L’Ukraine, nid d’espions ? Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont annoncé avoir arrêté un informateur russe présumé, recruté par le biais d’un chat de rencontre en ligne, accusé d’avoir aidé Moscou à mener ses frappes. Cet habitant de la ville de Kharkiv, la deuxième plus grande d’Ukraine, était entré en “coopération” avec la Russie “par le biais d’un chat de rencontre populaire sur la messagerie Telegram”, ont indiqué les autorités ce mercredi 19 juin.

Les services ukrainiens ont expliqué avoir saisi son téléphone, qu’il utilisait pour communiquer avec son “amie” russe, et qui lui servait aussi à photographier des “installations militaires” afin d’“aider Moscou” à préparer des frappes sur Kharkiv. L’homme, placé en détention provisoire, encourt jusqu’à 8 ans de prison.

15 ans de prison pour un “agent” russe

Le SBU a également annoncé la condamnation à 15 ans de prison d’un habitant d’Odessa, grand port ukrainien de la mer Noire, accusé d’être un “agent” des services de sécurité russe. Cet homme “enregistrait la géolocalisation des cibles potentielles et les envoyait ensuite à son superviseur russe par messagerie pour ajuster les tirs ennemis”, a assuré le SBU, qui précise qu’il avait été arrêté en 2023, alors “qu’il tentait de transmettre des informations” à la Russie.

Depuis le début de l’invasion russe en février 2022, les procureurs en Ukraine ont ouvert des milliers de procédures concernant des suspicions de collaboration avec les forces de Moscou.


F.R avec AFP



Lien des sources