une manifestation des producteurs de lait entre l’Assemblée nationale et la tour Eiffel


Une centaine d’éleveurs laitiers manifestent, mardi à partir de 10 heures, dans la capitale pour demander une meilleure rémunération.

Article rédigé par

France Info

avec France Bleu Paris

Radio France


Publié



Temps de lecture : 1 min

Une manifestation de producteurs laitiers dans le Manie-et-Loire, en 2011. (YOLANDE MIGNOT / MAXPPP)

Une manifestation des producteurs de lait est prévue, mardi 13 février, dans la matinée, entre l’Assemblée nationale et la tour Eiffel, a appris France Bleu Paris. Une centaine de producteurs de lait va se réunir à 10 heures devant l’Assemblée nationale pour alerter sur leurs conditions de travail et leur rémunération. Ils vont ensuite distribuer gratuitement du lait sous la Tour Eiffel.

>>> DIRECT. Colère des agriculteurs : Gabriel Attal reçoit la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs dans l’après-midi

L’APLI (association des producteurs de lait indépendants) est à l’origine du mouvement. “Aujourd’hui, ils [le gouvernement] sont en train de régler des petites mesures pour essayer de faire plaisir aux agriculteurs, mais le problème est bien plus grave, il est structurel, et c’est un problème de prix”, explique Adrien Lefèvre, porte-parole de l’association sur France Bleu Paris.

Pour une meilleure rémunération

L’éleveur laitier concède que face à la colère des agriculteurs, “on a écouté le syndicat majoritaire, c’est bien, il n’en ressort que des mesures sur les contraintes, mais derrière il n’en ressort rien sur le prix”. Selon lui, “aujourd’hui, Egalim [la loi censée mieux rémunérer les agriculteurs] ne couvre dans le cas de la production laitière que 50% de la production, parce que tout ce qui est en restauration et tout ce qui est à l’export n’est pas concerné par Egalim”.

Adrien Lefèvre évoque aussi une concurrence déloyale de la part des pays voisins : “Le problème d’Egalim, c’est que c’est franco-français, il nous faut un Egalim européen. Si on n’a pas ce genre de mesures au moins au niveau européen, on a du lait moins cher en Allemagne qui rentre en France. Donc nous ce qu’on va gagner en plus sur chaque litre de lait, de l’autre côté on va le reperdre en volume parce que c’est la concurrence des pays limitrophes.”





Lien des sources