Vigilance rouge en Mayenne : les rues de Montjean et Craon sous les eaux après le déluge


Ce jeudi, deux départements ont été placés en vigilance rouge face aux risques importants de crues.
C’est le cas du Maine-et-Loire, mais aussi de la Mayenne, où des habitants ont dû être évacués face à la montée des eaux.

Les inondations en ont surpris plus d’un. L’eau est entrée dans toute la maison de Guilaine, 76 ans, pendant qu’elle dormait au premier étage. “J’ai très bien dormi, mais je n’ai pas été assez vigilante. D’habitude, je suis très vigilante, et là, je me suis fait un peu avoir”, déclare la sinistrée. Au cours de la nuit dernière, l’Oudon, qui traverse le centre-ville de Craon (Mayenne), est sorti de son lit, menaçant plus d’une centaine de maisons. Depuis tôt ce jeudi matin, les pompiers procèdent à des reconnaissances pour évacuer les personnes bloquées par la crue. “Certaines personnes souhaitent rester chez elles, la mairie met tout en œuvre pour leur acheminer de l’eau potable et on reviendra vers eux plus tard dans la journée”, explique l’adjudant-chef Gaëtan Nouvellon du CIS Laval Sauvetage aquatique.

TF1

Dans un gîte, la propriétaire n’a pas voulu être évacuée, mais les cinq clients qu’elle hébergeait ont pu repartir dans la matinée. Kevin, dont la cour est totalement sous l’eau, est impuissant. “Ce n’est pas fini jusqu’à dix ou onze heures, ils ne savent pas en fait. S’il pleut, ça va être encore pire. Donc, on verra”, se désole-t-il.

À Craon, le pic de la crue ne pourrait être atteint qu’à quatorze heures, car mercredi, déjà, à une quinzaine de kilomètres en amont, l’Oudon avait partiellement envahi les rues de Montjean (Mayenne). “On pense toujours améliorer les choses pour que dans cette partie-là l’eau s’écoule mieux et plus rapidement. Malgré ça, ça nous rattrape”, explique Vincent Paillard, maire (SE) de la commune. Dans le département, tous les yeux sont maintenant dirigés vers le ciel. D’autres précipitations sont annoncées dans l’après-midi de ce jeudi.


La rédaction de TF1info | Reportage : Emilie Plantard, Gilda Corgnet



Lien des sources