Will Still nommé entraîneur du RC Lens, début d’un nouveau chapitre chez les Sang et Or


L’entraîneur belgo-britannique William Still avec le survêtement du Stade de Reims, lors d’un match face au Havre AC, le 25 février 2024, au stade Océane.

Le Racing Club de Lens a officialisé, lundi 10 juin, l’arrivée de Will Still au poste d’entraîneur. Le jeune technicien belgo-britannique a signé un contrat de trois ans avec le club nordiste. Il succède à Franck Haise, parti à l’intersaison à l’OGC Nice.

A 31 ans, Will Still est encore un jeune technicien, néanmoins détaché de l’étiquette du novice. Il a fait ses preuves dans le championnat de France à la tête du Stade de Reims, entre octobre 2022 et mai 2024, en devenant le coach ayant la plus grande série d’invincibilité après sa prise de fonction dans l’histoire du club champenois (17 matchs sans défaite en Ligue 1).

Nommé initialement en intérim, il avait été ensuite prolongé avant de subir les mauvais résultats dans la dernière ligne droite de l’exercice 2023-2024. Désireux de partir entraîner en Angleterre, le pays de ses origines, le natif de Braine-l’Alleud (en Belgique) a finalement opté pour le club sang et or, qualifié pour les barrages de la prochaine édition de la Ligue Conférence (la troisième Coupe d’Europe).

Lire aussi (2023) : Article réservé à nos abonnés Ligue 1 : Will Still, entraîneur prodige du Stade de Reims

Ce changement de coach s’inscrit dans le cadre d’un profond remaniement des arcanes du RC Lens, puisque Arnaud Pouille a laissé sa place à Pierre Dréossi au poste de directeur général, tandis que Diego Lopez Gomez est le nouveau responsable de la cellule recrutement. Autres changements de l’intersaison, mais des promotions internes cette fois-ci : le gardien néoretraité, Jean-Louis Leca, a été nommé coordinateur sportif et l’ancien responsable de la communication, Benjamin Parrot, directeur général délégué.

Ere de la « rigueur financière »

Au-delà des visages, ce sont les moyens qui vont changer. Le RC Lens ouvre un nouveau chapitre sous le signe de la « rigueur financière », selon les mots de son président, Joseph Oughourlian.

L’homme d’affaires le justifie par le désistement du fonds d’investissement Isos Capital, l’incertitude pesant sur les droits TV du championnat de France, mais aussi par un retour de flamme de l’augmentation de la masse salariale et du recrutement onéreux de l’été 2023, conséquences de la qualification du club pour la dernière édition de la Ligue des champions.

En marge d’un match Reims-Lens au mois de février, Franck Haise avait adoubé celui qui allait devenir son successeur, quand rien ne présageait de tels bouleversements au sein du club artésien.

« J’aime beaucoup ce qu’il dégage », déclarait Franck Haise. « C’est quelqu’un d’authentique, dans ce milieu (…) Au-delà de la personnalité, je trouve que son équipe dégage de vraies prises de risque, du mouvement », avait-il ajouté.

Réutiliser ce contenu



Lien des sources