Championnats d’Europe d’escrime : en larmes, Ysaora Thibus abandonne sur blessure pour son retour en compétition


C’était sa compétition de reprise, cinq mois après sa dernière apparition. La Française Ysaora Thibus, suspendue début février après un contrôle antidopage positif, s’est blessée lors de son entrée en lice aux Championnats d’Europe mercredi matin à Bâle (Suisse). Touchée au genou gauche et en larmes, la fleurettiste a été contrainte de quitter la piste et d’abandonner dès le deuxième match de la phase de poules. Un forfait inquiétant pour celle qui vise l’or aux Jeux olympiques de Paris dans un peu plus d’un mois.

Engagée dans les poules pour se qualifier pour le tableau final de l’épreuve individuelle, la championne du monde 2022 a lancé sa journée par une victoire contre la Turque Irem Karamete. Mais sur l’ultime touche de la gagne, la Guadeloupéenne de 32 ans est restée au sol. « Pardon », s’est-elle d’abord excusée auprès de l’arbitre, avant de se diriger vers sa chaise pour être prise en charge par deux membres du staff médical de l’équipe de France. Après examen du genou gauche, Ysaora Thibus, dont le visage reflétait un mélange de sentiments, a été strappée.

« Après tout ça… »

Mais le genou a encore cédé dès le deuxième affrontement du jour, contre la Grecque Maria Stamos. Neuf secondes de match, une extension pour tenter d’aller mettre la première touche. Et un cri, qui a retenti dans cette salle annexe de la Halle Saint-Jacques. La Française a rapidement ôté son masque, dévoilant un visage tordu par la douleur et les larmes, les lèvres tremblantes. « Après tout ça… », a-t-elle lâché dès les premières secondes après le choc.

De nouveau entourée par le staff médical de l’équipe de France, la Tricolore a été prise en charge à même la piste, sous le regard inquiet de son maître d’armes italien Giulio Tomassini, le manager du fleuret féminin tricolore Yann Detienne et le directeur des équipes de France, Pierre Guichot. Après près de dix minutes, où la fleurettiste a oscillé entre les pleurs et le sourire nerveux, Ysaora Thibus s’est relevée. À repris son match. Mais pour seulement deux touches, où elle a fini par sautiller pour éviter de solliciter la zone blessée.

« Il faut l’arrêter, elle va tout arracher sinon », a intimé un membre du staff tricolore. En pleurs, Ysaora Thibus a quitté la piste. Une demi-heure plus tard, la Française était encore en larmes dans l’un des couloirs de la salle suisse qui accueille les Championnats d’Europe jusqu’à dimanche. Marquée par ce retour avorté dès les premières minutes.

Une IRM pour déterminer la gravité de la blessure

L’athlète est partie vers 11 heures dans un hôpital de Bâle en vue de passer une IRM pour déterminer la gravité de la blessure. L’athlète doit la passer en fin d’après-midi. « La situation de la blessure peut avoir des évolutions différentes, souligne le directeur technique national Jean-Yves Robin. On va être très exigeants sur la nature des clichés pour qu’ils soient même transférés jusqu’à l’Insep pour avoir une contre-analyse médicale. » Ysaora Thibus souffrait d’une légère douleur à la cheville gauche, sans que l’on puisse pour l’heure la lier à la blessure du jour.

« On ne prendra aucune mesure qui ne rentrera pas dans un principe de précaution pour les Jeux. La priorité, ce sont les Jeux », poursuit le DTN, interrogé sur la suite de la compétition de la vice-championne olympique par équipes de Tokyo.

« Merci à tous ceux qui ont rendu ce moment possible », écrivait sur Instagram mardi l’intéressée, décrite comme soulagée et épanouie après avoir été blanchie, ce qui avait entraîné la fin de sa suspension provisoire. À Bâle, la Française devait reprendre ses marques en vue des Jeux en s’alignant sur l’épreuve individuelle mercredi et lors de la compétition par équipes dimanche. Pour l’heure, ce voyage en Suisse semble avoir compromis ses chances de s’aligner au Grand Palais fin juillet.



Lien des sources