« Des traces de coups, de morsure, de griffures », dénonce l’avocate de la victime présumée des rugbymen français


Contactée ce mercredi, l’avocate Natacha Romano raconte l’enfer vécu selon elle par la femme qui a porté plainte contre Oscar Jegou et Hugo Auradou, deux joueurs du XV de France, accusés d’abus sexuel aggravé pour des faits qui se seraient produits dans la nuit de samedi à dimanche à l’hôtel Diplomatic de Mendoza.

« Les faits se sont passés dimanche entre 5 heures et 8h30 du matin, raconte l’avocate au Parisien-Aujourd’hui en France. Le jour même, ma cliente a porté plainte aux alentours de 19h50. Immédiatement, elle a été transférée vers un médecin légiste afin de constater les blessures physiques. Elle a passé de nombreux tests, qui se sont terminés vers 1 heure du matin, avant d’être transférée à l’hôpital Luis Lagomaggiore à Mendoza. Sur la base de ces preuves, le parquet a ordonné l’arrestation des deux joueurs. »

La victime présumée serait « une femme originaire d’Argentine et âgée de plus de trente ans, fille et sœur d’avocats », selon son conseil, qui n’a pas souhaité donner plus de détails afin de préserver son anonymat.

Natacha Romano révèle que sa cliente est « dévastée psychologiquement » depuis que les faits se seraient produits. « La chose la plus grave qui a été constatée est un hématome au niveau de l’œil, la conséquence d’un coup de poing, dit-elle. Il y a aussi des traces de coups au visage, au menton, sur la poitrine, les fesses, le dos, des traces de morsure, de griffures, des coups au niveau des jambes. Plus de huit prélèvements ont été effectués pour déterminer s’il y a eu un abus sexuel par pénétration. On attend les résultats. »

« Physiquement, elle aura besoin de plusieurs jours pour s’en remettre »

L’avocate salue « l’action rapide du ministère public, qui a activé le protocole et fournit une assistance psychologique et psychiatrique constante » à la victime présumée.

« Physiquement, elle aura besoin de plusieurs jours pour s’en remettre, poursuit-elle. Ils se sont connus (la femme et Hugo Auradou) dans une boîte de nuit vers 4h30-5 heures du matin puis sont retournés ensemble dans un hôtel du centre-ville de Mendoza. Elle n’est pas sortie dans l’intention de connaître quelqu’un. Je ne peux pas donner plus d’informations. Concernant la consommation d’alcool, nous attendons les résultats des examens toxicologiques. »

Oscar Jegou et Hugo Auradou, qui admettent une relation sexuelle consentie mais démentent toute violence, sont transférés ce mercredi de Buenos Aires, où ils ont été arrêtés lundi, à Mendoza, où ils devront répondre aux questions des enquêteurs.

Les derniers développements de cette affaire sont à suivre en Direct commenté sur leparisien.fr



Lien des sources