DIRECT. Législatives : « Il n’y a pas eu de vainqueur à cette élection », soutient François Bayrou


Les quatre formations politiques du Nouveau Front populaire (NFP) ont mis « solennellement » en garde Emmanuel Macron contre « toute tentative de détournement des institutions », avec le maintien prolongé de Gabriel Attal à Matignon, dans un communiqué commun publié mardi.

Alors que le chef de l’État n’a pas appelé l’alliance de gauche, arrivée en tête des élections législatives dimanche, à former un nouveau gouvernement, le NFP juge que si Emmanuel Macron « persistait », ce serait « une trahison de l’esprit de notre Constitution et un coup de force démocratique auquel nous nous opposerions de toutes nos forces ».

De l’autre côté de l’échiquier, certains ténors de la droite plaide pour une coalition parlementaire qui embarquerait au moins le camp présidentiel, avec LR. Édouard Philippe a ainsi défendu mardi pour un « accord technique » entre le camp présidentiel et Les Républicains. Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a de son côté estimé que le futur Premier ministre devrait être issu des rangs de LR.

Emmanuel Macron, qui a reçu mardi le président du Sénat Gérard Larcher, reste en retrait depuis dimanche. Il a seulement maintenu Gabriel Attal à son poste de Premier ministre « pour le moment » – et se rend ce mercredi à Washington pour deux jours de sommet de l’Otan.



Lien des sources