Dissolution de l’Assemblée nationale : « Le coup est parti, mais on ne sait pas ou il va atterrir »


Pour la première fois depuis 1997, un président de la République a décidé de recourir à la dissolution de l’Assemblée nationale. Une réponse à la lourde défaite des européennes, qui interroge sur ses débouchés politiques, analyse Jérôme Fourquet, directeur du département « Opinion et stratégies d’entreprise » de l’Ifop.

Le 11 juin 2024 à 05h50



Lien des sources