Européennes 2024 : victorieux en Seine-et-Marne, le RN salue la dissolution et se dit “prêt à gouverner”



Voir mon actu

« On l’a voulue, on l’a eue ». Ce lundi 10 juin 2024, Aymeric Durox se frotte les mains. Le sénateur du Rassemblement national (RN), délégué départemental du parti en Seine-et-Marne, se réjouit de la dissolution de l’Assemblée nationale.

Cette décision prononcée par Emmanuel Macron dimanche 9 juin 2024, quelques minutes après la proclamation des résultats des élections européennes largement remportées par le RN (32 % des voix), pourrait en effet permettre au parti d’extrême droite de décrocher la majorité à l’Assemblée pour la première fois de son histoire.

Débuterait alors un régime de cohabitation, qui verrait le président forcé de travailler avec un Premier ministre et un gouvernement issus de son opposition. Une situation que la France n’a pas connue depuis 1997 et la cohabitation Chirac (RPR)-Jospin (PS).

Depuis 2009, le RN a gagné 129 000 voix aux européennes

Dimanche 9 juin, la liste menée par Jordan Bardella a récolté 32 % des suffrages exprimés au niveau national, soit plus du double du score réalisé par Valérie Hayer, candidate du camp présidentielle, arrivée en deuxième position avec 14,9 % des voix.

Si ce score est à relativiser au niveau européen, puisque le groupe Identité et démocratie, dans lequel siège le RN au Parlement européen, ne gagne « que » 9 sièges, il traduit en revanche l’inexorable montée en puissance du parti lepeniste à l’œuvre en France depuis près de 20 ans.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Et la Seine-et-Marne n’échappe pas à la règle. Le vote RN y progresse, notamment lors des européennes, où il l’emporte pour la troisième fois consécutive. Entre 2009 et 2024, le parti a ainsi gagné 128 838 voix dans le département, passant de 19 484 électeurs (6,63 %) à 148 322 (33,71 %). Dimanche 9 juin, seules 15 villes du département n’ont pas placé Jordan Bardella en tête, dont Chelles, Melun ou encore Fontainebleau.

Depuis 17 ans, le parti à la flamme gagne aussi des voix à chaque élection présidentielle : plus 172 733 voix depuis 2007, passant de 75 584 suffrages exprimés au premier tour en 2007 (11,17 %) à 248 317 au second tour de la présidentielle 2022 (43,03 %).

« Macron semble enfin avoir entendu le peuple français »

Cette importante progression est pourtant longtemps restée stérile. En Seine-et-Marne, le mouvement d’extrême droite a souvent échoué à faire élire ses candidats. Mais ces dernières années, il a obtenu ses premiers élus régionaux et nationaux : la députée Béatrice Roullaud (6circonscription), élue en 2022, et Aymeric Durox (Nangis), conseiller régional depuis 2021 et sénateur depuis l’an dernier.

« Les résultats des européennes sont à la hauteur de nos attentes, estime ce dernier. Ils traduisent une volonté très forte de changement de la part du peuple français que le président Macron semble avoir enfin entendu en convoquant ces élections législatives anticipées. Nul doute que nous aurons beaucoup de députés, assez pour remporter l’élection et décrocher une majorité permettant une cohabitation. »

Réponse dans les urnes les 30 juin et 7 juillet 2024.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.



Lien des sources